NOUVELLES

Budaj s'efforce de rester concentré sur ce qu'il doit faire, en attendant

30/09/2014 03:25 EDT | Actualisé 30/11/2014 05:12 EST

BROSSARD, Qc - Si l'entraîneur du Canadien Michel Therrien s'est livré à un exercice de patinage en règle devant les journalistes, mardi, le vétéran gardien Peter Budaj, lui, a marché sur des oeufs.

Impliqué dans une lutte avec Dustin Tokarski pour l'obtention du poste de substitut de Carey Price, Budaj a répété qu'il s'efforce de garder toute sa concentration sur ce qu'il doit faire, et rien d'autre.

«Au final, Michel (Therrien) et Marc (Bergevin, le directeur général), vont faire ce qu'il y a de mieux pour l'équipe, a-t-il mentionné. Moi, je dois me préoccuper de mon rendement, de travailler fort et de me préparer pour les matchs.»

Le Slovaque, qui sera d'office dans un des deux matchs contre les Sénateurs d'Ottawa en fin de semaine, a précisé que face à l'adversité il met à profit une des valeurs que ses parents lui ont inculquées, celle «de faire ce qu'on te demande du mieux possible».

«Ce qui vous rend meilleur, a-t-il dit, c'est votre préparation et l'effort que vous y mettez. Je suis aussi un gars d'équipe. Le plus important pour moi, c'est le logo sur mon chandail. Les gars qui me connaissent savent quel type de personnalité je possède.»

Budaj a tout juste avoué qu'il vit une situation difficile sur le plan personnel.

«Qu'en pensez-vous? a-t-il retourné la question à la journaliste. Oui, c'est difficile de faire abstraction de tout, a-t-il enchaîné. Personne n'a dit que ce serait facile. Tout le monde passe au travers de périodes difficiles. C'est ce qui fait de vous une meilleure personne.»

Therrien a dit que la performance demeure le principal facteur sur lequel on basera la décision.

«Jusqu'à maintenant, Stéphane Waite (l'entraîneur des gardiens) fait de l'excellent travail avec les gardiens. Ils sont bien préparés, ils offrent de bonnes performances.

«Nous avons apprécié la performance de Tokarski à Québec contre Colorado. Il a très bien fait. Peter aura aussi la chance de jouer un match complet en fin de semaine.

«Nous sommes très satisfaits de nos gardiens et ce sera une décision difficile à prendre.

«Je ne veux pas élaborer là-dessus, ou sur n'importe quels autres choix que nous aurons à faire. Ce serait injuste de le faire», a-t-il résumé.

Tinordi: aucun remords

Jarred Tinordi a indiqué n'avoir eu aucune communication avec la LNH après avoir reçu l'absolution de la ligue, au lendemain du geste qu'il a posé dimanche à l'endroit de Nate Schmidt, des Capitals de Washington.

«J'avais le sentiment sur le coup que c'était une mise en échec légale. Je n'ai pas soulevé les patins ni mon coude. Même en la visionnant sur vidéo, je n'ai pas vu de problème. Cela dit, je suis heureux que le joueur n'ait pas été blessé sérieusement.»

Schmidt avait la tête baissée au moment où il se préparait à entrer dans le territoire du Canadien. Si Tinordi, qui mesure six pieds six pouces, avait effectivement porté son coude élevé, il aurait raté la tête de son rival qui fait six pouces de moins que lui.

«Je suis un gros bonhomme qui préconise un style physique, mais je ne suis pas salaud, a-t-il poursuivi. J'essaie toujours de garder mon centre de gravité bas et mes coudes collés sur mon corps justement afin d'éviter les coups à la tête.»

Tinordi a surtout été choqué d'être expulsé du match au moment où il lutte pour l'obtention d'un poste en défense.

«J'estime que je jouais bien et on m'a sorti pour une mise en échec légale. Que voulez-vous que je fasse?»

Le premier choix du Tricolore en 2010 (22e au total) trouve qu'il gagne en confiance plus le camp progresse et qu'il est plus efficace quand il est en possession de la rondelle.

«Je joue mieux dans les aspects qui vont me permettre de m'établir dans la Ligue nationale», a-t-il conclu.

PLUS:pc