NOUVELLES

Luka Rocco Magnotta a plaidé non coupable à nouveau à 5 accusations

29/09/2014 10:37 EDT | Actualisé 29/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - L'avocat de Luka Rocco Magnotta affirme que son client n'est pas criminellement responsable du meurtre de l'étudiant chinois Jun Lin et qu'il est schizophrène.

Magnotta souffre d'un trouble de la personnalité limite, a déclaré Me Luc Leclair lors de la première journée du procès pour meurtre prémédité. Il a ajouté qu'il existait de nombreux antécédents de schizophrénie dans la famille de l'accusé.

«J'ai l'intention de vous prouver qu'au moment des événements, il n'était pas criminellement responsable», a dit l'avocat en s'adressant aux huit femmes et six hommes membres du jury.

Me Leclair a indiqué qu'il va présenter une défense d'aliénation mentale et que l'état d'esprit de Magnotta sera l'élément central de cette cause.

En entrée de jeu, Magnotta, qui a admis avoir commis le meurtre, a enregistré à nouveau un plaidoyer de non-culpabilité.

Le juge Guy Cournoyer, de la Cour supérieure du Québec, a avisé les jurés que leur tâche sera de déterminer l'état d'esprit de Magnotta lorsqu'il a tué le jeune étudiant.

Me Leclair a insisté sur ce sujet lorsqu'il s'est adressé au jury. «M. Magnotta a reconnu avoir physiquement commis chacun des crimes. Il faut aussi considérer l'aspect mental de chaque accusation. C'est sur ce point que la défense portera son attention.» Il a annoncé qu'il comptait présenter en preuve des dossiers médicaux, mentionnant que l'accusé avait été hospitalisé dans une unité de soins psychiatrique d'un hôpital de Miami.

Il a ajouté qu'il espérait faire témoigner des membres de la famille de l'accusé, dont son père, Donald Newman, qui souffrirait également de schizophrénie.

Me Leclair a aussi dit que son client avait prétendu à un journaliste de Toronto qu'il fréquentait Karla Homolka, complice du tueur en série Paul Bernando.

Il est rare qu'un avocat de la défense parle au jury avant que la Couronne ne présente les grandes lignes de la cause. Me Leclair dit qu'il voulait s'assurer que le jury ne pense pas que le procès est «une perte de temps».

De son côté, le procureur Louis Bouthillier a dit vouloir prouver la préméditation de chacun des crimes reprochés à Magnotta. «Les deux mots que vous devez garder à l'esprit en écoutant la présentation des preuves sont 'planifié' et 'délibéré'».

Magnotta est demeuré impassible pendant que Me Bouthillier annonçait que le témoignage d'un journaliste britannique démontrera que le meurtre de Jun Lin a conclu six mois de planification. Ce reporter et son entreprise de presse auraient reçu un courriel en décembre 2011 indiquant que l'accusé allait filmer le meurtre qu'il avait l'intention de commettre.

Le procureur a aussi prévenu le jury qu'il verra la prétendue vidéo du meurtre au cours de la troisième semaine du procès. Les images de cette vidéo ont été décrites comme «crues, terrifiantes et potentiellement choquantes», par la défense.

«Et elles le sont», a averti Me Bouthillier.

Le premier témoin à être entendu a été Caroline Simoneau, une technicienne en scène de crime du Service de police de la ville de Montréal (SPVM). Elle a pris plus de 100 photos de l'endroit où a été découvert le torse de Jun Lin.

Diran Lin, le père de la victime, était présent dans la salle du tribunal, lundi. Il était accompagné d'un avocat et d'un interprète. Au cours d'un point de presse présenté à l'extérieur de la salle d'audience, l'avocat a dit qu M. Lin remerciait le système judiciaire et qu'il promettait d'assister au procès jusqu'au verdict final.

Quant à l'accusé, assis dans le box des accusés, il était vêtu d'un chandail gris, de pantalons foncés et portait des lunettes fumées à montures rondes. Il semble avoir pris du poids depuis son arrestation en juin 2012.

Les accusations portées contre Magnotta sont celles de meurtre prémédité, profanation de cadavre, publication de matériel obscène, harcèlement criminel du premier ministre Stephen Harper et d'autres membres du Parlement et l'envoi de matériel obscène et indécent.

PLUS:pc