NOUVELLES

Les droits de l'homme seraient bafoués en Turquie, selon Human Rights Watch

29/09/2014 03:47 EDT | Actualisé 29/11/2014 05:12 EST

ANKARA, Turquie - La Turquie bafoue les droits de l'homme et l'état de droit, selon un organisme de protection des droits de l'homme, qui demande au gouvernement de protéger la liberté d'expression, les manifestations pacifiques et les principes juridiques.

Human Rights Watch (HRW), dans son rapport de 38 pages, déplore que le gouvernement turc étende de plus en plus son contrôle sur les médias et l'Internet. L'organisme dénonce aussi la répression qui est exercée sur les critiques et les manifestations.

Le gouvernement doit protéger les droits de ses citoyens au lieu de les attaquer, estime Emma Sinclair-Webb, auteure du rapport.

Alors que des milliers de Turcs sont poursuivis pour leur implication dans des manifestations, peu de policiers ont été accusés d'avoir causé la mort ou blessé des manifestants.

Par ailleurs, HRW note que le parti au pouvoir a affaibli le pouvoir judiciaire du pays, à la suite de l'éclatement d'un scandale de corruption.

Le gouvernement a fait taire les critiques en «déchirant le livre des règles», selon Mme Sinclair-Webb.

Un porte-parole du gouvernement turc a affirmé qu'il ne commenterait pas un rapport rédigé par un organisme des droits de l'homme.

Le président Recep Tayyip Erdogan, qui a été longtemps premier ministre, a toujours nié que la police avait utilisé la force dans les manifestations contre son gouvernement.

Il refuse aussi les accusations concernant l'affaiblissement des droits de l'homme. Il croit plutôt qu'il en a fait plus que tous les autres gouvernements pour assainir la démocratie.

HRW a salué les efforts de paix du gouvernement envers un groupe kurde rebelle, qui est en conflit avec la Turquie depuis 30 ans. Or, selon l'organisme, le processus de paix pourrait être menacé par les reculs sur les droits de l'homme.

PLUS:pc