NOUVELLES

Les échanges audacieux des Royals et des A's seront sous les feux de la rampe

29/09/2014 08:18 EDT | Actualisé 29/11/2014 05:12 EST

KANSAS CITY, États-Unis - Les Royals de Kansas City ont effectué l'un des échanges les plus audacieux de l'histoire de l'équipe il y a deux ans. Les Athletics d'Oakland ont bouclé le même genre de transaction agressive il y a quelques mois seulement.

Les résultats de ces deux transactions seront sous le feux de la rampe, mardi, à titre de partants pour le match suicide dans la Ligue américaine.

Pour les Royals, ce sera «Big Game James» — James Shields —, pièce maîtresse de la transaction avec les Rays de Tampa Bay qui a mené cette perpétuelle formation moribonde aux séries pour la première fois en 29 ans. Pour les A's, ce sera Jon Lester. Le lanceur étoile des Red Sox de Boston lors des dernières séries a été acquis à la date limite des transactions précisément pour ce moment-ci.

Un match. Une chance. Le vainqueur affrontera les Angels de Los Angeles en série de sections à compter de jeudi. Les perdants commenceront leur saison morte.

«Je ne suis ici que depuis deux ans, a dit Shields lundi, mais quand j'ai été échangé ici, je savais ce que cette organisation visait. C'est vraiment spécial de ressasser ces 29 dernières années avec les partisans.»

Les deux équipes se ressemblent: des attaques modestes appuyées par d'excellents partants et certains des meilleurs releveurs du baseball. Elles ont aussi une grande différence: les A's comptent beaucoup d'expérience en séries, auxquelles ils participent pour une troisième saison consécutive, tandis que les Royals ont croupi dans les bas-fonds de l'Américaine depuis des années.

C'est la principale raison pour laquelle le directeur général des Royals, Dayton Moore, est allé chercher Shields et le releveur Wade Davis avant la dernière saison, cédant aux Rays celui qui allait devenir la recrue de l'année dans l'Américaine, Wil Myers, et l'espoir au monticule Jake Odorizzi.

Moore voulait un «véritable» as partant pour sa rotation, un lanceur qui avait connu du succès en séries et qui pourrait rapidement enseigner aux joueurs des Royals ce que ça prend pour gagner de gros matchs.

Shields a fait tout cela. Il a maintenu une m.p.m. de 2,31 en septembre et les Royals ont gagné quatre de ses départs sous grande pression.

«Si vous prenez le temps de regarder cela avec un peu de recul, c'est ce qui a tout changé. C'est la transaction qui nous a permis de passer à l'étape suivante, a analysé le gérant Ned Yost. Serait-on dans la même situation sans James Shiels et Wade Davis? Non. À mes yeux, cet échange a fait exactement ce qu'on souhaitait qu'il fasse.»

Alors ques les Royals étaient à l'aise avec leur partant no 1, les A's s'en cherchaient toujours un. Ils comptaient déjà sur quelques partants de premier plan, mais le directeur général Billy Beane, toujours chatouillé par les insuccès des siens en séries, se cherchait un vrai pilier.

Et les Red Sox étaient prêts à échanger exactement ce type de joueur.

Pour Lester, Beane a dû céder le frappeur de puissance Yoenis Cespedes aux Red Sox, une décision qui a fait sourciller partout dans la ligue. Mais si l'attaque des A's a perdu de son mordant, Lester a fait sa part: en 11 départs, il a compilé une fiche de 6-4 avec une moyenne de 2,35. Maintenant, il aura de nouveau l'occasion de briller en séries.

«C'est une belle occasion qui s'offre à nous», a indiqué Lester, dont certains prétendent qu'il aurait dû être élu joueur par excellence de la dernière Série mondiale, alors qu'il a compilé une fiche de 2-0 avec une m.p.m. de 0,59 contre les Cardinals de St. Louis. Mardi, Lester en sera à son 12e départ et 14e match éliminatoire.

«Nous allons donner tout ce que nous avons et allons souhaiter qu'au bout du compte, on réussisse. On ne sait jamais ce qui arrivera. Ce pourrait bien être ma dernière occasion.»

D'affronter les Royals constitue une bonne chose en soit: pour la formation du Missouri, Lester est l'équivalent de la kryptonite pour Superman. Cette saison, il a maintenu une fiche de 3-0 avec une moyenne de 2,61, dont deux victoires en quelques semaines avec les A's. Il a aussi lancé un match sans point, ni coup sûr contre eux en 2008.

«Il ressemble beaucoup à Shields. C'est un compétiteur, l'a louangé le voltigeur des Royals Alex Gordon. Il se bat au monticule. Juste de la façon dont il se comporte, vous le savez. Ses lancers sont excellents, c'est évident, et c'est pourquoi il est si efficace en séries. C'est un vrai bulldog.»

Les Royals ont été impliqués dans la course au titre de la Centrale jusqu'à la toute dernière semaine du calendrier régulier, alors que les Tigers de Detroit se sont assurés du titre, mais leur place pour ce match suicide était pratiquement assurée. Ce n'a pas été le cas pour les A's, qui ont failli joué un 163e match contre les Mariners de Seattle.

Mais tout ce qui compte maintenant est ce qui se produira au Kauffman Stadium, entre deux partants qui ont été acquis exactement pour ce match.

«Tout ce à quoi on peut penser, c'est cette unique rencontre contre Oakland, a dit Shields. Si on passe à travers cela, on aura un peu plus de marge de manoeuvre. On doit juste se concentrer sur ce match.»

PLUS:pc