NOUVELLES

Le Canada possiblement sur le point d'envoyer des avions combattre l'État Islamique

29/09/2014 07:21 EDT | Actualisé 29/11/2014 05:12 EST
CP

OTTAWA - Le cabinet fédéral pourrait considérer déployer des avions de chasse CF-18 et des appareils de surveillance CP-140 pour les besoins de l'opération aérienne de lutte contre le groupe État islamique (ÉI).

Mais la Défense nationale et d'autres observateurs s'inquiètent de l'impact d'une autre mission sur la flotte canadienne vieillissante.

La communauté internationale entretient de grandes attentes à l'endroit du Canada, afin qu'il contribue aux opérations de la coalition menée par les États-Unis visant à neutraliser le groupe ÉI. Plusieurs alliés ont déjà fourni de l'aide militaire à la mission.

Mais avant que cela ne se fasse, le gouvernement Harper a promis de tenir un vote au Parlement, un engagement que le ministre des Affaires étrangères a réitéré lundi.

L'administration Obama a demandé au Canada de s'impliquer, a confirmé M. Baird durant la période de questions, mais aucune décision n'est prise.

S'il y avait une mission de combat, le gouvernement porterait la question devant le Parlement. C'est une question de confiance, a-t-il ajouté.

Des sceptiques, dont un ancien officier des forces aériennes, se demandent toutefois ce qui pourrait être accompli de plus par voie aérienne, après les frappes initiales de la semaine dernière.

Le colonel à la retraite Paul Maillet note que l'organisation ÉI a déjà indiqué qu'elle disperserait ses quartiers généraux et autres opérations administratives. «À ce point-ci, dans ce type de campagne, il est presque trop tard pour utiliser la force aérienne. Ils devrait marquer une pause et laisser l'armée irakienne faire son travail», a-t-il affirmé.

De plus, une autre série de frappes de précision sur des infrastructures ne ferait qu'ajouter à la misère des gens des régions occupées par les militants islamistes.

Il se fait également inquiet pour la flotte d'appareils aériens. Chaque heure de sortie de combat équivaut à trois heures de missions régulières à domicile. Les CF-18 ont déjà utilisé 73 pour cent de leur espérance de vie.

Ce n'est pas tant la condition physique des avions, qui inquiète M. Maillet, mais l'effet d'une autre mission sur les structures d'appui de la flotte. Les opérations de combat ont tendance à gober les réserves de pièces de rechange, ce qui pourrait forcer l'armée de l'air à limiter ses autres activités ou à user d'autres appareils pour continuer à fonctionner.

10 raisons pour ne pas fumer