NOUVELLES

La compagnie canadienne Encana avale Athlon Energy pour 7,1 milliards $US

29/09/2014 06:26 EDT | Actualisé 29/11/2014 05:12 EST
ASSOCIATED PRESS
In this March 25, 2014 photo, a worker oils a pump during a hydraulic fracturing operation at an Encana Corp. well pad near Mead, Colo. The first experimental use of hydraulic fracturing was in 1947, and more than 1 million U.S. oil and oil wells have been fracked since, according to the American Petroleum Institute. The National Petroleum Council estimates that up to 80 percent of natural oil wells drilled in the next decade will require hydraulic fracturing. (AP Photo/Brennan Linsley)

CALGARY - Encana accélère son plan pour migrer vers la production de liquides du gaz naturel en rachetant pour 7,1 milliards $ US l'américaine Athlon Energy, ce qui lui permettra d'avoir un pied dans la formation du Permien, au Texas.

L'acquisition d'Athlon Energy, annoncée lundi, comprend un paiement de près de 6 milliards $ US en espèces et la prise en charge d'une dette de plus d'un milliard $ US.

La transaction rapproche Encana de son objectif visant à ce que les trois quarts de ses flux de trésorerie soient générés par les liquides du gaz naturel. Initialement fixée à 2017, l'atteinte de cette cible pourrait désormais avoir lieu d'ici l'an prochain, a indiqué le chef de la direction, Doug Suttles.

«D'une certaine façon, nous nous pinçons presque tellement nous sommes rapidement arrivés où nous nous trouvons. Nous sommes très, très contents», a affirmé M. Suttles, un ancien dirigeant de BP qui a annoncé un vaste changement de stratégie pour Encana il y a près d'un an.

«Je ne crois pas que d'obtenir un tel résultat aussi rapidement était prévisible. Je crois que nous pensions que c'était quelque chose qui prendrait un certain nombre d'année.»

La société de Calgary (TSX:ECA) avait un oeil sur une transaction dans la formation du Permien depuis environ un an. Encana considère que cette région est l'un des meilleurs théâtres d'exploitation pétrolière en Amérique du Nord.

Il s'agit en outre de la deuxième grande transaction pétrolière réalisée par Encana au Texas cette année. Elle avait conclu en mai une entente de 3,1 milliards $ US avec Freeport-McMoRan pour acquérir des propriétés dans la zone schisteuse d'Eagle Ford.

Encana s'est bâti une réputation dans le secteur du gaz naturel, une stratégie difficile compte tenu de la stagnation soutenue des prix du gaz. Mais depuis l'arrivée de M. Suttles, l'an dernier, ses efforts se sont tournés vers les liquides du pétrole et du gaz naturel, dont les prix sont plus vigoureux.

Avec le rachat d'Athlon, Encana veut produire 250 000 barils de liquides par jour d'ici 2017, une forte hausse par rapport aux 50 000 barils réalisés l'an dernier.

Les actionnaires d'Athlon se voient offrir 58,50 $ US pour chacun de leurs titres, pour un total de 5,93 milliards $ US.

L'action d'Athlon (NYSE:ATHL) a grimpé de près 25 pour cent lundi, s'emparant de 11,59 $ US à 58,32 $ US à la Bourse de New York. Sur le parquet torontois, l'action d'Encana a gagné 47 cents à 24,06 $.

Selon Encana, la transaction avec Athlon ajoutera l'équivalent d'environ 30 000 barils de pétrole par jour à la production du bassin de Midland, une partie de la formation du Permien. Cela pourrait croître de façon importante, avec 5000 emplacements de forage potentiels et jusqu'à trois milliards de barils de ressources possible dans le sol.

La société prévoit d'investir au moins 1 milliard $ US dans le théâtre et d'augmenter la production jusqu'à au moins sept appareils de forage horizontaux d'ici la fin de 2015.

Encana a vendu la semaine dernière sa participation restante dans PrairieSky Royalty (TSX:PSK) pour environ 2,6 milliards $ à un syndicat de preneurs fermes.

PrairieSky réalise ses revenus en permettant à d'autres sociétés de développer du pétrole et du gaz naturel sur ses terrains dans le sud et le centre de l'Alberta. Elle avait été créée par Encana en mai en essaimant certains actifs.

Des observateurs avaient jugé que la vente de PrairieSky signalait qu'Encana se préparait à faire une transaction d'importance.

«Le raffermissement de son bilan donne à Encana une réserve d'argent qui pourrait lui permettre d'agir de façon opportune pour accélérer sa stratégie misant sur les liquides», avait indiqué l'analyste Arthur Grayfer, de Marchés mondiaux CIBC, dans une note à ses clients avant l'annonce de lundi.

Mais M. Suttles a assuré que la première transaction n'avait rien à voir avec la deuxième.

«Le synchronisme est fortuit, tout simplement», a-t-il indiqué aux journalistes.

Le chef de la direction n'a pas rejeté l'idée qu'Encana puisse faire d'autres transactions pour grossir son portefeuille, mais il n'a pas voulu donner de précisions.

«À mon avis, une société de pétrole et de gaz naturel doit au moins toujours porter attention à portefeuille. C'est quelque chose qui n'est jamais terminé et c'est quelque chose que nous allons continuer à faire.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Fracturation hydraulique: les pour et les contre