NOUVELLES

Washington a sous-estimé la menace que représente l'État islamique, admet Obama

28/09/2014 07:17 EDT | Actualisé 28/11/2014 05:12 EST

WASHINGTON - Le président des États-Unis a admis, dimanche, que les agences américaines de renseignement avaient sous-estimé la menace représentée par le groupe armé État islamique et surestimé la capacité de l'armée irakienne de le combattre.

Barack Obama a décrit les évaluations menées par les agences de renseignement en réponse à une question posée lors d'une entrevue à l'émission «60 Minutes» du réseau télévisé CBS, diffusée dimanche soir.

Il s'est fait demander comment les djihadistes avaient réussi à prendre le contrôle d'un si grand territoire en Irak et en Syrie, et si cela l'avait surpris.

Le président a déclaré que durant la guerre en Irak, les forces militaires américaines, avec l'aide des tribus sunnites, avaient réussi à neutraliser les combattants d'Al-Qaïda, «qui sont entrés dans la clandestinité».

Selon M. Obama, les djihadistes ont profité du chaos créé par la guerre civile en Syrie et des vastes territoires laissés sans contrôle pour se regrouper et «tirer avantage de ce chaos», d'après des extraits de l'entrevue publiés avant sa diffusion.

Il a noté que son chef du renseignement national, James Clapper, avait admis que les États-Unis «ont sous-estimé ce qui se déroulait en Syrie». M. Obama a aussi dit qu'il était «absolument vrai» que les États-Unis avaient surestimé les capacités et la détermination de l'armée irakienne.

Ce n'est pas la première fois que le président admet les erreurs des services de renseignement américains.

Lors d'une conférence de presse au mois d'août, il avait déclaré qu'il ne faisait «aucun doute» que l'avancée du groupe État islamique avait été «plus rapide» que ce qu'avaient anticipé les services de renseignement.

PLUS:pc