POLITIQUE

Le Sénat scrutera à la loupe ses dépenses

28/09/2014 11:50 EDT | Actualisé 28/09/2014 11:52 EDT
PC

Le Sénat s'apprête à faire un grand ménage budgétaire, a appris Radio-Canada. L'administration de la chambre haute devra à l'avenir justifier toutes ses dépenses.

Si le Sénat semble avoir retrouvé ses airs calmes d'avant l'affaire Duffy, tous les sénateurs en ressentent encore les secousses. Pour tenter de regagner la confiance des Canadiens ébranlés par ce scandale des dépenses, le leader du gouvernement au Sénat, Claude Carignan, souhaite que toutes les dépenses de l'administration de la chambre haute soient justifiées. Il ne vise pas les bureaux de sénateurs, mais bien la machine du Sénat.

« On veut établir une rigueur dans l'administration du Sénat et démontrer aux Canadiens que l'argent qui est dépensé ici est bien dépensé dans l'intérêt des Canadiens. »

— Claude Carignan, leader du gouvernement au Sénat

Les communications, les ressources humaines, la sécurité, tout sera scruté. En langage administratif, l'exercice qui va s'amorcer porte un nom susceptible de faire trembler bien des employés : le budget base zéro. Cette technique consiste à revoir chaque dépense, sans prendre en compte celles de l'année précédente.

Budget du Sénat (2014-2015)

  • Sénateurs et leur bureau : 45,5 millions de dollars
  • Chambre, comités et associations : 16,6 millions de dollars
  • Soutien administratif : 29,4 millions de dollars
  • Total : 91,5 millions de dollars

Le budget du Sénat se chiffre à un peu plus de 91 millions de dollars annuellement. Selon nos sources, le sénateur Carignan a comme objectif d'économiser suffisamment pour revenir au budget de 2008-2009. En dollars constants, ce signifierait une réduction de 10 %.

Le budget du Sénat se chiffre à un peu plus de 91 millions de dollars annuellement. Selon nos sources, le sénateur Carignan a comme objectif d'économiser suffisamment pour revenir au budget de 2008-2009. En dollars constants, ce signifierait une réduction de 10 %.

Mais devant les caméras, Claude Carignan préfère parler de grands principes plutôt que de cibles précises. « Ce n'est pas nécessairement l'objectif, mais si la conséquence est une réduction des budgets de l'administration, tant mieux. Si on trouve certaines dépenses qui, par l'accumulation du temps et des années, ont commencé à tomber dans la routine et qu'elles ne sont pas optimales pour la mission du Sénat, c'est certain qu'on va les réduire. »

Son collègue, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, appuie cette idée. « Faire cet exercice-là, ça me plaît beaucoup. Je me souviens, c'est une anecdote, j'avais mon cellulaire à faire réparer, il est passé entre les mains de six fonctionnaires. Donc, je me dis qu'il y a une réflexion sérieuse à faire pour savoir quels sont les services de base dont on a besoin et s'il y a des choses superflues dans notre organisation dont on pourrait facilement se passer. »

Après un scandale au Sénat et à quelques mois du dépôt du rapport du Bureau du vérificateur général sur leur propre bureau, est-ce que les sénateurs tentent de détourner l'attention vers l'administration de la chambre haute?

Ce qui est certain, c'est que le leader du gouvernement au Sénat compte agir vite. Claude Carignan veut que son grand exercice budgétaire soit prêt à temps pour l'année financière 2015-2016, soit avant les prochaines élections.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter