NOUVELLES

L'attaque du Canadien ne s'est tout simplement pas présentée contre les Capitals

28/09/2014 10:28 EDT | Actualisé 28/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - L'attaque du Tricolore a été anémique face aux Capitals de Washington, même si la plupart des trios utilisés par l'entraîneur-chef Michel Therrien pourraient bien être ceux qui le seront lors du premier match de la saison.

Cela a été particulièrement remarquable lors des trois premiers avantages numériques du CH (sur quatre) au cours desquels il n'a obtenu aucun tir au but.

«Je crois qu'il ne s'agit que de l'un de ces matchs où rien ne fonctionne, a tempéré le défenseur P.K. Subban. Il ne faut pas oublier que pour certains d'entre nous, il ne s'agit que de notre deuxième rencontre. Je pense que petit à petit, l'attaque va s'installer. J'ai trouvé que nous avions fait de belles choses en deuxième. Nous avions un peu plus de rythme.»

«Nous avons manqué d'opportunisme ce soir, surtout en avantage numérique, a pour sa part analysé Pierre-Alexandre Parenteau. On a eu de la difficulté à s'installer. Heureusement, il s'agit d'un match préparatoire et il nous en reste encore deux ou trois pour relancer l'attaque. Mais c'est vrai que ce n'était pas notre meilleure performance en avantage numérique.»

«Je pense que si on regarde les occasions de marquer que nous avons eues, je crois qu'elles se comptent sur les doigts d'une main», a résumé Dale Weise.

En l'absence de David Desharnais, laissé de côté par Therrien dimanche, c'est Alex Galchenyuk qui a piloté le trio de Parenteau et Max Pacioretty. C'est d'ailleurs le no 27 du CH qui a profité de la meilleure occasion de marquer du Canadien, en troisième, même s'il a connu un match un peu plus difficile aux dires de l'entraîneur.

«C'est un apprentissage pour Alex, on est bien conscients de ça. À l'occasion il a bien fait, mais en d'autres, on a senti qu'il se cherchait sur la patinoire. C'est tout à fait normal: il en est à ses premiers pas (au centre). Un camp d'entraînement, c'est fait pour ça: donner la chance à des jeunes de s'exprimer et d'aller chercher de l'expérience. C'est pour ça qu'on le fait jouer au centre pendant les matchs.»

Match plus difficile pour Sekac

Joueur de l'heure du camp d'entraînement, le nouveau venu Jiri Sekac a aussi connu une sortie plus difficile aux yeux de son entraîneur.

«Il a montré de bonnes choses, mais de façon générale, je crois que ça a été plus difficile pour lui. Mais dans son cas, je dois regarder l'ensemble de son travail au camp, et il a assurément démontré plusieurs bonnes choses jusqu'ici.»

Tous derrière Tinordi

Le contraire aurait été surprenant, mais il a été impossible de trouver qui que ce soit pour condamner la mise en échec de Jarred Tinordi à l'endroit de Nate Schmidt dans le vestiaire du CH.

Tinordi a solidement atteint Schmidt à la tête de son épaule gauche lors d'une entrée de zone en début de troisième. L'attaquant des Capitals a lourdement chuté sur la patinoire et a eu besoin de l'aide d'un soigneur et d'un coéquipier pour quitter la patinoire.

«Ça avait l'air légal de notre point de vue, a d'abord souligné l'attaquant Pierre-Alexandre Parenteau. C'est un gros bonhomme, mais son coude est tout de même resté collé le long de son corps. C'est ce qu'on a pu voir sur la reprise et c'est ce que Michel (Therrien) semblait dire aux arbitres également, mais ces derniers ont jugé qu'il s'agissait d'un coup à la tête. Mais ce n'est pas ce qu'on a vu sur l'écran géant.»

«De ce que j'ai vu, ça me semblait une mise en échec 'propre'. Je n'ai pas vu tous les angles, mais de l'endroit où nous nous trouvions, ça semblait légal. Il n'est pas un joueur salaud. Il ne tente pas de blesser quand il saute sur la patinoire.»

Selon l'entraîneur des Caps, Barry Trotz, Schmidt n'aurait pas subi de blessure sur le jeu, ayant passé avec succès les tests prévus au protocole des commotions cérébrales de la LNH. Quoi qu'il en soit, le préfet de discipline Stéphane Quintal devra sûrement se pencher sur ce dossier.

En plus des 20 minutes de pénalité écopées sur ce jeu, Tinordi a aussi été chassé deux autres fois en première, pour avoir accroché et avoir donné un coup de genou. Il a été de loin le défenseur le moins utilisé par Therrien avec seulement 8:44 (son partenaire Mike Weaver a disputé 17:38). Malgré tout, l'entraîneur était satisfait de son match.

«Il a été davantage engagé, a noté Therrien. J'avais également aimé sa prestation à Québec (contre l'Avalanche du Colorado). Ce soir, encore une fois, on a pu voir qu'il s'est amélioré et qu'il gagne en confiance.»

Les 35 joueurs toujours présents au camp d'entraînement bénéficieront d'une journée de congé, lundi. Ils reprendront l'action mardi, avant de se rendre à Chicago, où ils affronteront les Blackhawks mercredi.

PLUS:pc