NOUVELLES

La police sort en masse pour protéger des gays défilant à Belgrade, en Serbie

28/09/2014 01:00 EDT | Actualisé 28/11/2014 05:12 EST

BELGRADE, Serbie - Brandissant des drapeaux aux couleurs de l'arc-en-ciel, plusieurs militants homosexuels ont circulé sans être dérangés, dimanche, dans le centre-ville de Belgrade, grâce à la protection de milliers de policiers anti-émeute.

Ce défilé n'a progressé que sur quelques centaines de mètres à travers des rues désertes où les magasins étaient fermés et les transports en communs, suspendus. Malgré tout, il s'agit d'un événement symbolique, puisque les activités organisées par des gays sont rares dans ce pays des Balkans fort conservateur.

Des heurts ont été rapportés entre de petits groupes d'extrémistes et la police pendant et après le défilé, des hooligans attaquant la station de radio et chaîne de télévision libérale B-92 avec des fumigènes et des fusées éclairantes. Deux policiers ont été blessés, a mentionné la station. Des hooligans ont également incendié un autobus à l'aide de fusées éclairantes, a indiqué la police.

Des canons à eau, des véhicules blindés et des policiers anti-émeute ont bloqué la circulation sur la route de la manifestation à la suite de menaces d'attaques de la part de nationalistes extrémistes, alors que la Serbie tentait de démontrer son respect des droits de l'homme pour tous ses citoyens, Belgrade cherchant à s'assurer une entrée au sein de l'Union européenne.

«C'est un message très solide et positif, a déclaré Michael Davenport, chef de la mission européenne en Serbie, devant la foule. Cela est également un solide message pour ceux employant le langage de la haine.»

Le maire de Belgrade, Sinisa Mali, qui a participé au défilé avec plusieurs diplomates étrangers, membres du gouvernement et chefs de partis serbes, a affirmé qu'il était une opportunité de démontrer que Belgrade est une capitale «où tous les citoyens sont égaux».

Des responsables ont permis la tenue de l'événement malgré les craintes de la répétition des violences de 2010, lorsque des groupes d'extrême-droite ont attaqué un défilé de la Fierté à Belgrade, déclenchant des heurts avec la police ayant fait plus de 100 blessés. Les autorités ont ensuite interdit les manifestations gaies pendant trois ans, invoquant des raisons de sécurité.

Samedi, des milliers d'extrémistes ont manifesté à Belgrade contre la marche.

PLUS:pc