NOUVELLES

Bond des comptes impayés dans les CHSLD publics

28/09/2014 05:32 EDT | Actualisé 28/09/2014 05:32 EDT
Chris Ryan via Getty Images

De moins en moins de Québécois sont en mesure de payer les contributions réclamées par les CHSLD. Les comptes impayés dans les centres d'hébergement publics ont bondi de 22 % en deux ans dans les régions de Montréal, Laval, Lanaudière et en Montérégie.

Un texte de Julie Vaillancourt

Pour être hébergé dans un Centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD), il faut payer de 1092 $ à 1758 $ par mois, parfois moins, selon la situation financière du résident. Or, selon des documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, de moins en moins de Québécois sont en mesure de payer les contributions financières exigées par les CHSLD publics.

Les chiffres compilés indiquent qu'au 30 juin 2014, près de 13 millions de dollars étaient dus aux CHSLD publics de Montréal, Laval, Montérégie et Lanaudière, une augmentation de 22 % par rapport à 2012, alors que les sommes dues en contributions impayées étaient de 10,6 millions de dollars.

Seulement au CSSS Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent, qui regroupe quatre CHSLD, les contributions impayées ont augmenté de 61,7 % en deux ans passant de 684 249 $ en 2012 à plus de 1,1 million de dollars au 30 juin.

Louise Mercier, directrice générale adjointe au CSSS Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent, explique que nombre de familles qui ont demandé à la Régie de l'assurance maladie (RAMQ), l'organisme qui administre ce programme, de revoir leur loyer à la baisse a augmenté considérablement.

« En 2012, nous avions deux demandes d'exonération alors qu'en 2014, nous en avons 31. Ce que ça implique, c'est que les familles jugent qu'elles ne peuvent pas défrayer les coûts qui leur sont demandés. »

— Louise Mercier, directrice générale adjointe au CSSS Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent

Pendant que la RAMQ étudie les demandes de révision, les paiements se font attendre. Le porte-parole de l'Association québécoise de défense des droits des retraités, Louis Plamondon, n'est pas surpris.

« Je pense que c'est surtout relié au fait que la situation économique des aînés s'est aggravée, dit-il. Le coût de la vie augmente et le taux d'indexation des pensions est faible quand seulement il est indexé. »

— Louis Plamondon, porte-parole de l'Association québécoise de défense des droits des retraités

« Ce sont des gens très âgés qui sont dans les CHSLD, 84-85 ans en moyenne, donc des gens qui sont au bout de leurs économies, ils ont tout dépensé », ajoute M. Plamondon.

Au ministère québécois de la Santé et des Services sociaux, le sous-ministre adjoint au financement, François Dion, rappelle que les CHSLD doivent absorber ces pertes. « Il est de leur responsabilité de réduire leurs dépenses en conséquence afin de respecter leur cadre budgétaire. »

Pour y arriver, certains CHSLD ont recours à des firmes de recouvrement ou à des avocats qui tentent de récupérer les sommes dues. Malgré tout, des centaines de milliers de dollars de contributions impayées sont radiées annuellement. Ces sommes sont tout simplement absorbées par les CHSLD grugeant encore plus leur budget de fonctionnement.

Quelques statistiques sur la santé des Canadiens