NOUVELLES

La Fondation Jasmin Roy se met en campagne contre l'intimidation

27/09/2014 04:50 EDT | Actualisé 27/09/2014 04:50 EDT
PC

La Fondation Jasmin Roy lance un nouvel appel afin que les membres de la communauté scolaire interviennent sur divers fronts quand des propos inacceptables sont proférés à l'endroit des gais, des lesbiennes et des trans dans les écoles primaires et secondaires.

Pour une troisième année, M. Roy mène, avec sa fondation, le combat contre l'intimidation en milieu scolaire, avec comme thème, "Gai, lesbienne, trans et heureux à l'école".

Une photo diffusée depuis le site Internet de la Fondation montre d'ailleurs un jeune trans, deux adolescentes lesbiennes main dans la main et un jeune gai qui n'hésitent pas à afficher leurs convictions sur la place publique.

Jasmin Roy se félicite que le gouvernement, comme le Parti libéral s'y était engagé lors de la récente campagne électorale, tienne ce jeudi un forum portant sur la lutte contre l'intimidation, une occasion de plus, selon lui, pour rappeler que l'homophobie et la transphobie demeurent un problème criant dans les écoles du Québec.

L'animateur et comédien a dit s'inquiéter entre autres que les intervenants et enseignants ont souvent de la difficulté à parler de diversité sexuelle et d'homophobie. Selon une étude, rappelle-t-il, deux enseignants sur trois estiment qu'ils ne possèdent pas de formation pour parler de diversité sexuelle et plus encore soutiennent ne pas avoir les outils pour réagir face à l'homophobie.

"Les injures comme tapette et moumoune, et d'autres pires, dit-il, sont neuf fois sur dix lancées devant des témoins, a-t-il indiqué. Les interventions doivent se faire auprès d'eux, sans exception. Il faut ainsi intervenir auprès de la victime, de l'agresseur et des témoins aussi, sans faire peur au monde" de suggérer M. Roy qui prêche pour une "intervention à 100 pour cent".

"Les écoles doivent s'assurer de créer un milieu sécuritaire, a rappelé Jamsin Roy, afin de permettre à tous les jeunes d'évoluer dans un environnement inclusif. On doit mettre l'accent sur la promotion de la diversité sexuelle" a conclu l'artiste.

Toute la semaine, diverses activités sont organisées dans le but de lutter contre l'intimidation et la violence à l'école. On misera entre autres sur la publicité et des interventions via les réseaux sociaux.

Et jeudi, le gouvernement québécois organise un forum sur l'intimidation à Québec. Divers groupes déposeront un mémoire sur ce "fléau" dans la société, un phénomène ne touchant pas seulement les jeunes.

Ce forum sera présidé par le premier ministre Philippe Couillard, qui, lors du point de presse annonçant la tenue du sommet, affirmait être "touché de près" par ce phénomène, comme citoyen et père de famille.

"Pensons aux enfants à l'école, aux étudiants des établissements d'enseignement supérieur, aux personnes âgées qui sont rabaissées par leurs proches, à un ex-conjoint ou conjointe dont la réputation est salie sur les médias sociaux ou encore à une personne qui est ridiculisée en raison de sa condition physique, de son apparence ou de son orientation sexuelle", avait alors dit le premier ministre.

Québec veut aborder le problème sous toutes ses formes, en visant particulièrement les jeunes et les personnes âgées. La lutte à la cyberintimidation fera donc partie des enjeux.

"On regardera le problème de façon globale, a précisé M.Roy. Le forum va faciliter les échanges entre les divers intervenants (des spécialistes auprès des enfants et des aînés, entre autres) et cela permettra de dégager des solutions plus durables, a-t-il prédit.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Les capsules contre l'intimidation de la Fondation Jasmin roy