NOUVELLES

Sous pression du groupe État islamique, le Liban réclame l'aide de la planète

26/09/2014 05:51 EDT | Actualisé 26/11/2014 05:12 EST
ASSOCIATED PRESS
Lebanese Sunni gunmen hold their weapons and a Lebanese flag during the funeral procession of Sgt. Ali Sayid, who was beheaded by Islamic militants, in his home town of Fnaydek, in Akkar north Lebanon, on Wednesday, Sept. 3, 2014. Sgt. Ali Sayid went missing around the same time that some two dozen soldiers and police were seized by militants from Syria who overran the border town of Arsal for several days last month. The incursion was the most serious spillover yet of the Syrian civil war and escalated tensions in Lebanon, which is bitterly split over the conflict. (AP Photo/Hussein Malla)

NATIONS UNIES, États-Unis - Le premier ministre libanais affirme que son pays fait face à une «violente attaque terroriste» et a lancé un appel chargé d'émotion, vendredi, pour que la communauté internationale lui vienne en aide.

Selon Tammam Salam, le Liban est déterminé à ne pas céder à la «pression et au chantage» des extrémistes de l'organisation État islamique qui se sont emparés d'une petite ville frontalière de la Syrie en août. Ils y détiennent une vingtaine de soldats et de policiers libanais et ont déjà exécuté trois des otages.

Dans un discours prononcé devant l'Assemblée générale des Nations unies, vendredi, M. Salam a indiqué que le grand nombre de réfugiés syriens qui affluent sur le petit territoire libanais — et qui représentent maintenant un tiers de la population du Liban — constitue un désastre national. Pour mieux comprendre l'ampleur de la situation, a-t-il dit, il faudrait imaginer que 100 millions de personnes arrivent massivement aux États-Unis pour y trouver refuge.

L'État islamique en 7 points