POLITIQUE

Le député conservateur Calandra s'excuse en pleurant auprès de Mulcair

26/09/2014 07:46 EDT | Actualisé 26/09/2014 07:46 EDT
CP

Le secrétaire parlementaire du premier ministre Stephen Harper a présenté des excuses empreintes d'émotion à Thomas Mulcair dans la foulée d'une prise de bec survenue cette semaine aux Communes.

Paul Calandra a reconnu vendredi qu'il avait répondu de façon « inappropriée » aux questions posées en Chambre mardi par le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Il a eu peine à contenir ses sanglots en se levant de sa banquette pour s'excuser auprès du leader de l'opposition, de la Chambre des communes et de ses commettants.

« Je voudrais m'excuser sans réserves [...] pour mon comportement de l'autre jour », a-t-il dit, la voix étranglée par l'émotion.

M. Calandra a soutenu qu'il s'était laissé emporter par la « passion » et la « colère » et que cela l'avait empêché de répondre adéquatement aux interrogations de M. Mulcair.

Le principal intéressé a accepté les excuses de son collègue parlementaire, vendredi, mais dans les faits, l'histoire n'est pas entièrement terminée.

Le NPD compte en effet déposer la semaine prochaine une motion visant à modifier les pouvoirs du président de la Chambre et lui permettre d'intervenir lorsque les réponses ne sont pas en lien avec les questions posées.

Une motion pour modifier les règles

« J'espère que M. Calandra, ses collègues et tous les parlementaires soutiendront cette motion », a déclaré M. Mulcair en point de presse.

Selon lui, le député conservateur a fait acte de contrition après avoir persisté et signé pendant trois jours car son attitude a été très mal reçue.« Je n'ai aucun moyen de savoir ce qui s'est passé, mais si je me fie à la réaction que nous avons eue [...], les gens nous appuyaient totalement », a affirmé le leader néo-démocrate.

L'incident ayant mené à ces excuses publiques remonte à mardi.

Thomas Mulcair avait tenté d'obtenir plus de détails sur la mission canadienne en Irak, mais il n'y était jamais parvenu. Car à trois occasions, M. Calandra avait riposté en critiquant les propos allégués d'un employé néo-démocrate sur Israël. L'attitude du député conservateur avait profondément irrité M. Mulcair. Il avait demandé au président de la Chambre des communes, le conservateur Andrew Scheer, d'intervenir, mais sans succès. Excédé, il avait fini par lancer à M. Scheer que cette absence d'intervention remettait en doute sa « neutralité ».

Jeudi, ce dernier a servi une mise en garde au chef néo-démocrate, affirmant que des « réflexions passées sur la personne ou les actions du président -- des allégations de parti pris par exemple -- pourraient être considérées par la Chambre comme une atteinte au privilège (parlementaire) et punies en conséquence ».

THOMAS MULCAIR