NOUVELLES

La Russie bloque l'entrée sur son territoire d'une influente députée européenne

26/09/2014 04:07 EDT | Actualisé 26/11/2014 05:12 EST

BRUXELLES - Une influente membre du Parlement européen a fait savoir, vendredi, que les autorités russes lui avaient interdit l'entrée au pays, malgré le fait qu'elle possède un passeport diplomatique valide.

L'eurodéputée allemande Rebecca Harms, qui critique régulièrement le président russe Vladimir Poutine, a indiqué que des agents des services frontaliers russes l'avaient retenue pendant trois heures à l'aéroport de Moscou et lui avait fait savoir qu'elle était devenue persona non grata.

Mme Harms, coprésidente du caucus des Verts au Parlement européen, est rentrée à Bruxelles par le premier avion disponible, jeudi, après s'être fait refuser l'entrée en Russie.

L'Union européenne a condamné la décision russe et accusé Moscou d'un manque de transparence «regrettable» en plaçant des gens sur une liste noire.

Le délégué russe auprès de l'UE, Vladimir Chizhov, a indiqué dans des déclarations reprises par les médias russes que Mme Harms s'était fait refuser l'entrée parce qu'elle se trouvait sur la liste des gens interdits de séjour en réponse aux sanctions européennes ciblant des responsables et parlementaires russes.

Selon M. Chizhov, la Russie a choisi de ne pas divulguer la liste des gens ciblés, mais il a toutefois précisé qu'il aurait recommandé à la députée de ne pas se rendre à Moscou si elle l'avait préalablement informé de ses projets de voyage.

Aux yeux de la porte-parole européenne en matière d'affaires étrangères, Maja Kocijancic, cette décision empêche Mme Harms de participer, en tant qu'observatrice, au procès pour espionnage d'une officière ukrainienne, et ce, même si la députée «s'est inscrite auprès des autorités russes avant de prendre l'avion».

L'officière en question, Nadezhda Savchenko, a été faite prisonnière par des rebelles prorusses en juin lors de combats dans l'est ukrainien, puis transférée en Russie où elle a été emprisonnée sous des accusations d'implication dans le meurtre de deux journalistes russes.

Selon M. Chizhov, cependant, l'affaire Savchenko n'est pas liée au refus de laisser entrer la députée en Russie.

PLUS:pc