NOUVELLES

Organisations terroristes: Interpol recense maintenant 1300 djihadistes étrangers

26/09/2014 09:06 EDT | Actualisé 26/11/2014 05:12 EST
Anadolu Agency via Getty Images
MOSUL, IRAQ - SEPTEMBER 16: Iraqi Kurdish Peshmerga fighters hold a position in Bartella town, east of Mosul, Iraq after clashes with Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) on September 16, 2014. (Photo by Sivan Siddik/Anadolu Agency/Getty Images)

PARIS - Une base de données internationale mise sur pied par Interpol il y a 18 mois regroupe maintenant 33 pays et comprend les noms de quelque 1300 djihadistes étrangers, ce qui pourrait permettre de freiner l'afflux de combattants vers la Syrie et l'Irak.

L'organisation policière internationale envisage également de permettre aux banques, aux hôtels, aux transporteurs aériens et aux croisiéristes de consulter sa banque de passeports volés ou perdus. Seules les forces de l'ordre y ont actuellement accès.

Une ébauche de résolution qui devrait être adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies exigerait des pays qu'ils luttent contre le recrutement et les déplacements de combattants qui souhaitent joindre les rangs d'organisations comme le groupe État islamique.

Le secrétaire général d'Interpol, Ronald Noble, a expliqué qu'il s'agit-là d'un point de départ qui pourrait donner encore plus d'ampleur à la base de données de combattants étrangers.

Il a expliqué qu'Interpol souhaite la participation des hôtels, des banques et des croisiéristes pour empêcher les terroristes d'utiliser des documents volés et différentes identités pour passer d'un pays à un autre.

Le transporteur AirAsia met le système à l'essai depuis le mois de mai, a dit M. Noble, ce qui a permis de repérer 43 suspects qui utilisaient des documents volés. En France, Interpol a mis en place un petit projet-pilote auprès des banques.

M. Noble a ensuite rappelé que les pays doivent utiliser les ressources déjà disponibles. Quelque 2000 Européens combattraient en Irak et en Syrie, mais seulement une poignée des 26 pays qui ont aboli les contrôles douaniers le long de leurs frontières communes consultent régulièrement la banque de documents volés d'Interpol.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

L'État islamique en 7 points