NOUVELLES

Bombardier décroche un contrat de près de 4 milliards $ US pour la CSeries

26/09/2014 08:04 EDT | Actualisé 26/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Quelques semaines après la reprise des essais en vol de la CSeries, Bombardier (TSX:BBD.B) a décroché pour son nouvel avion commercial une commande qui s'inscrit parmi les plus importantes annoncées jusqu'à maintenant, dont la valeur pourrait atteindre près de 4 milliards $ US.

Macquarie AirFinance a indiqué vendredi qu'une de ses filiales en propriété exclusive avait signé une entente ferme pour l'achat de 40 avions CS300, en plus d'options pour dix appareils supplémentaires.

Bombardier a indiqué que la valeur de l'entente était de 3,24 milliards $ US, mais qu'elle pouvait atteindre 3,95 milliards $ US avec les options.

«Le choix du CS300 par Macquarie AirFinance est une solide reconnaissance pour cet avion, a affirmé par voie de communiqué le président de la division Bombardier Avions commerciaux, Mike Arcamone. Nous nous attendons à ce que l’élan du programme d’avions CSeries se maintienne.»

Cette annonce a stimulé l'action de Bombardier, qui a bondi de 3,71 pour cent, ou 13 cents, pour terminer la séance à 3,63 $ à la Bourse de Toronto.

Macquarie AirFinance, qui possède ou gère actuellement 136 avions à réaction loués à 73 exploitants dans 43 pays sur six continents, louera les CS300 à des sociétés aériennes du monde entier. Les livraisons devraient s'échelonner entre 2017 et 2019.

Cette commande ferme est la première depuis la reprise des essais en vol, le 7 septembre dernier, après une interruption de plus de trois mois en raison d'un incident survenu avec un moteur.

Questionné quant à savoir si Macquarie AirFinance avait attendu le retour de la CSeries dans les airs avant de confirmer sa commande, un porte-parole de Bombardier, Marc Duchesne, n'a pas voulu spéculer.

«Toute commande ferme de cette taille-là prend du temps, a-t-il indiqué, au cours d'un entretien téléphonique. Les représentants de Macquarie sont venus nous visiter à Mirabel, c'est un long processus.»

Republic Airways est le plus important client du CS300, avec une commande ferme de 40 avions et 40 options. Du côté du CS100, la plus importante commande a été effectuée par Lufthansa — 30 avions et 40 options.

Le président du conseil de Macquarie AirFinance, Stephen Cook, a quant à lui indiqué que le CS300 permettra à la société d'étendre son empreinte à travers le monde.

«L’avion CS300 nous permettra d’offrir à nos clients le seul type d’avion optimisé pour le segment supérieur du marché des appareils de 100 à 150 places», a-t-il déclaré, par voie de communiqué.

Entre-temps, le porte-parole de Bombardier a rappelé que les heures d'essais en vol de la CSeries continuent de s'accumuler et que l'entreprise a tourné la page sur l'incident survenu le 29 mai dernier.

«Nous avons au-delà de 350 heures de vol avec les appareils FTV2 et FTV4, a-t-il dit. Je ne veux pas spéculer sur les prochaines commandes et ce que les observateurs disent. Ce que je peux dire, c'est que le programme va bien.»

Quelques 2400 heures d'essais en vol seront nécessaires afin d'obtenir la certification de Transports Canada.

M. Duchesne a répété que les premières livraisons des CS100 devraient se faire au cours de la deuxième moitié de l'année 2015 et que celles des CS300 devraient suivre six mois plus tard.

En incluant la commande de Macquarie, le carnet de commandes de la CSeries compte des engagements pour 563 appareils, dont 243 commandes fermes. Bombardier aimerait atteindre le cap des 300 commandes fermes avant les premières livraisons de l'appareil.

Selon Benoit Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, cette commande devrait permettre à Bombardier d'atteindre sa cible quant aux commandes fermes d'ici les premières livraisons. «Nous entendons dire que l'entreprise est en négociations avancées avec deux clients chinois pour la CSeries», écrit-il dans un rapport.

M. Duchesne a indiqué que Bombardier tenait des discussions avec différents transporteurs aériens désirant être le premier client de l'avionneur à recevoir la CSeries. Sans pour autant annuler ses commandes, le transporteur suédois Braathens Aviation a récemment indiqué à l'entreprise québécoise qu'il ne voulait plus être ce premier client en raison de l'incertitude entourant le programme de la CSeries.

«Les discussions se déroulent bien, a indiqué le porte-parole de Bombardier. Un transporteur aérien s'est rapidement manifesté.»

Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, a quant à lui souligné que l'annonce de Macquarie AirFinance devrait contribuer à dissiper les doutes à l'endroit du nouvel avion commercial de Bombardier.

«C'est un endossement important de la part d'une compagnie de location qui ne cesse de croître», indique-t-il dans une note envoyée par courriel.

PLUS:pc