NOUVELLES

Voici ce qu'apportent les différents pays de la coalition engagée contre le groupe EI (VIDÉO)

26/09/2014 05:01 EDT | Actualisé 26/09/2014 05:06 EDT

WASHINGTON - Plus d'une cinquantaine de pays, dont une quinzaine d'occidentaux, participent à des degrés divers à la coalition contre l'organisation État islamique (EI) en Irak et en Syrie, selon Washington.

Vendredi, le Parlement britannique a donné son feu vert à des frappes contre l'EI en Irak, officialisant le ralliement des Britanniques à la coalition militaire internationale.

Les États-Unis sont aidés par cinq "nations partenaires" arabes, Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Jordanie, et Qatar, dans les frappes en Syrie, alors que jusqu'à présent seuls les Etats-Unis et la France ont mené des frappes en Irak voisin.

ÉTATS-UNIS: moteur de la coalition, les États-Unis ont commencé à bombarder des positions de l'EI en Irak le 8 août. Après avoir visé le Nord et l'Ouest irakiens, les raids aériens ont été étendus aux environs de la capitale, Bagdad. Près de 200 frappes aériennes ont depuis été lancées.

Le 23 septembre, les États-Unis ont élargi leurs opérations à la Syrie, avec le soutien de pays arabes, puis étendu leurs bombardements aux installations pétrolières contrôlées par l'EI, afin d'assécher la source principale de financement des jihadistes.

Au total, 1 600 militaires américains seront déployés en Irak pour soutenir les forces armées irakiennes en termes d'équipements, de formation et de renseignement. Le Congrès a aussi donné son feu vert le 17 septembre à un plan d'équipement et d'entraînement des rebelles syriens modérés.

Le président Barack Obama a appelé le monde à s'unir pour "détruire" l'EI en Irak et en Syrie, mais il reste déterminé à ne pas envoyer de combattants au sol.

CANADA: le pays a déployé 69 soldats des forces spéciales en Irak. Envoi d'équipements militaires. Aide aérienne à l'acheminement de matériel militaire provenant de République tchèque et d'Albanie.

FRANCE: l'aviation française a mené jeudi des raids en Irak, pour la deuxième fois depuis que Paris a rejoint le 18 septembre la campagne aérienne américaine dans ce pays.

La France a aussi livré des armes aux peshmergas kurdes et de l'aide humanitaire, en particulier dans la région d'Erbil.

GRANDE-BRETAGNE: les députés britanniques réunis en session extraordinaire ont adopté vendredi à une très large majorité une motion du gouvernement autorisant le recours aux frappes aériennes en Irak contre le groupe EI.

Londres a déjà livré des mitrailleuses lourdes et des munitions aux forces kurdes.

- Pays arabes -

ARABIE SAOUDITE - EMIRATS ARABES UNIS: l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis sont en première ligne parmi les monarchies du Golfe.

Les deux pays ont joué un rôle majeur dans les dernières frappes aériennes menées en Syrie. Selon le Pentagone, 10 des 16 avions qui ont bombardé des raffineries contrôlées par le groupe étaient saoudiens ou émiratis et ils ont largué 80% du tonnage total d'explosifs.

Auparavant, l'Arabie saoudite accueillait des rebelles syriens modérés pour les entraîner et les équiper.

BAHREIN: le pays, qui abrite la Ve Flotte américaine, a confirmé avoir mené, avec d'autres monarchies du Golfe, des raids aériens contre les jihadistes de l'EI en Syrie.

JORDANIE: voisin de l'Irak et de la Syrie, le royaume hachémite a indiqué avoir participé activement aux premiers raids sur le sol syrien, affirmant sa volonté de partager "les efforts pour vaincre le terrorisme dans ses bases".

QATAR: le Qatar s'est montré discret jusqu'ici sur sa participation. Mais le pays met à la disposition des Américains la base aérienne d'Udeid, qui accueille le principal centre aérien du Centcom, le commandement militaire chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale.

L'émir du Qatar a nié vendredi que son pays finance des groupes extrémistes et affirmé un engagement sans faille et à long terme dans la coalition.

KOWEIT: facilités militaires aux Etats-Unis.

- Autres pays -

ALLEMAGNE: livraisons d'armes et formation pour les combattants kurdes. Berlin va également envoyer une quarantaine de soldats en Irak.

ALBANIE, DANEMARK, ESTONIE, REPUBLIQUE TCHEQUE, POLOGNE: livraison d'équipements militaires ou de munitions.

AUSTRALIE: déploiement de 600 militaires aux Emirats arabes unis et livraison de matériel militaire aux Kurdes d'Irak.

BELGIQUE: les six avions de combats F-16 mis à la disposition de la coalition contre l'EI en Irak ont quitté vendredi la Belgique en direction de la Jordanie. Aval parlementaire accordé à une large majorité. Les avions belges pourront intervenir "dès demain" (samedi), a déclaré le ministre de la Défense. Les F-16 belges ne pourront intervenir qu'en Irak.

DANEMARK: le Premier ministre a annoncé le déploiement de sept avions de combat F-16 en Irak pour participer à l'offensive en cours.

ITALIE: livraison d'armes légères.

TURQUIE: le président turc Recep Tayyip Erdogan assure que la position de son pays sur la lutte contre l'EI a changé après la libération d'otages turcs aux mains du groupe, suggérant que la Turquie pourrait rejoindre la coalition.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

L'État islamique en 7 points