NOUVELLES

CHSLD: Quand un soupçon de vol de chocolats mène à découvrir de la maltraitance (VIDÉO)

25/09/2014 02:09 EDT | Actualisé 25/09/2014 02:12 EDT
YouTube

Quand Marie-Claude Matte a caché une caméra de surveillance dans la chambre de sa mère, elle pensait découvrir comment les chocolats qu'elle lui apportait disparaissaient. Mais elle a découvert bien pire que ce qu'elle soupçonnait.

Un reportage de Madeleine Roy

Depuis des semaines, la mère de Mme Matte, qui habitait la résidence pour aînés La Voisinière, à Charlesbourg, disait qu'elle se faisait voler son chocolat. Puisque sa mère souffre d'alzheimer, Mme Matte doutait de ce qu'elle lui rapportait était vrai. Jusqu'au jour où elle a fait un test.

En avril dernier, le jour de Pâques, elle dit avoir a apporté huit boîtes de chocolats et huit tablettes de chocolat à sa mère. Le lendemain, il ne restait que deux boîtes de chocolats. La famille dit qu'elle avait bien offert des boites de chocolats à deux reprises aux employés, mais que jamais elle ne les avaient autorisés à se servir à leur guise.

À la suite de cet épisode, Mme Matte a demandé au propriétaire La Voisinière de faire enquête. Deux mois plus tard, n'étant pas satisfaite de ses réponses, elle a dissimulé une caméra dans la chambre de sa mère.

En deux semaines, elle a accumulé une trentaine de vidéos dans lesquels on voit trois employés se servir allègrement dans les chocolats de la dame. On les voit aussi fouiller dans ses tiroirs et, à une reprise, dans son porte-monnaie. On voit une préposée rudoyer une autre résidente et boire à même le goulot de la bouteille de boisson gazeuse rangée dans le réfrigérateur de Mme Matte.

Mais les images qui ont été les plus dures à regarder pour Marie-Claude Matte sont celles où on voit sa mère tomber sur le sol au milieu de la nuit. Elle appelle à l'aide, mais personne ne vient. Pendant une heure et demie, elle reste sur le sol avant qu'un préposé lui vienne en aide et appelle l'ambulance.

Mme Matte soupçonnait du vol de chocolat. Elle a découvert de la maltraitance. Sa mère a été transférée dans un CHSLD, où, aux dires de la famille, elle est beaucoup plus calme et en confiance; un CHSLD où Mme Matte n'a pas ressenti le besoin de cacher une caméra.

LIRE AUSSI:

» Un premier CSSS restreint le recours aux caméras de surveillance

Marie-Claude Matte est fière de ce qu'elle a fait pour protéger sa mère. Pour elle, la question ne se pose pas : quand on soupçonne de la maltraitance et que la direction de l'établissement n'arrive pas à nous rassurer, il faut cacher une caméra.

Pour ce qui est de la résidence La Voisinière de Charlesbourg, nous avons présenté plusieurs des vidéos de la caméra cachée à son propriétaire. Il nous a fait parvenir une lettre dans laquelle il déclare que « des mesures ont déjà été entreprises afin de procéder à une enquête et des sanctions pourront être imposées au personnel fautif ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter