NOUVELLES

Derek Jeter joue les héros lors de son dernier match au Yankee Stadium

25/09/2014 10:36 EDT | Actualisé 25/11/2014 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Le scénario rêvé.

Derek Jeter a couronné sa soirée d'adieu au Yankee Stadium en donnant la victoire aux siens à l'aide d'un simple d'un point en fin de neuvième manche, jeudi, alors que les Yankees de New York ont vaincu les Orioles de Baltimore 6-5.

Les partisans ont scandé son nom à plusieurs reprises pendant la rencontre et Jeter les a salués en levant sa casquette. Le capitaine des Yankees a également produit trois points. Il avait cogné un double tôt dans la partie, mais a gardé le meilleur pour la fin — un simple en flèche au champ opposant pour le point de la victoire en neuvième.

On croyait que le roulant productif de Jeter en septième permettrait aux Yankees de l'emporter quand ils ont creusé l'écart à 5-2 face aux champions de la section Est de l'Américaine.

Ce n'aurait pas été mauvais, mais pas suffisant pour Jeter.

Non, il a toujours eu un certain flair pour les grands moments — et la soirée de jeudi était destinée à connaître un dénouement spectaculaire.

Comme si le scénario avait conçu pour une pièce sur Broadway, le stoppeur des Yankees David Robertson (4-5) a concédé un circuit de deux points à Adam Jones en début de neuvième manche, puis un circuit égalisateur à Steve Pearce après deux retraits.

La table était donc mise pour Jeter.

Jose Pirela a amorcé la fin de la neuvième avec un simple aux dépens d'Evan Meek (0-4) et il a atteint le deuxième coussin sur un amorti de Brett Gardner. Jeter a ensuite cogné la balle en lieu sûr au champ droit et le coureur suppléant Antoan Richardson a devancé le relais du voltigeur Nick Markakis au marbre.

Jeter a sauté et levé les bras entre le premier et le deuxième but. Les joueurs des Yankees l'ont rapidement rejoint pour célébrer et des anciens coéquipiers de Jeter comme Jorge Posada, Mariano Rivera, Bernie Williams, Andy Pettitte, Tino Martinez et l'ancien gérant Joe Torre sont sortis de l'abri afin d'attendre Jeter et le féliciter.

«C'est encore plus fou que tout ce que j'aurais pu imaginer», a dit Jeter.

Jeter est retourné à l'arrêt-court, s'est accroupi à la limite du gazon au champ extérieur et a sautillé sur ses orteils quelques fois avant de retourner rejoindre le groupe.

Il a à nouveau salué la foule et a reçu une douche de boisson sportive sur la tête, gracieuseté de Gardner et CC Sabathia.

«Ne pas pleurer», a d'abord répondu Jeter à la journaliste du réseau YES sur le terrain, quand elle lui a demandé ce qui lui traversait l'esprit, au bâton contre Meek.

Quand elle lui a demandé ce qui allait lui manquer le plus, la légende des Yankees a dit: «Tout. En premier lieu, je vais m'ennuyer des partisans.»

Dans une tournure qui ne cadrait pas avec l'homme, le dernier match à domicile de Jeter aura été le seul qu'il aura joué au Yankee Stadium avec son équipe officiellement éliminée de la course aux séries éliminatoires.

PLUS:pc