NOUVELLES

Couillard s'engage à partager les redevances avec les municipalités

25/09/2014 02:58 EDT | Actualisé 25/11/2014 05:12 EST

QUÉBEC - Même s'il est aux prises avec une situation financière très précaire, le gouvernement du Québec s'engage à partager les redevances issues de l'exploitation des ressources naturelles avec les municipalités.

C'est ce qu'a confirmé jeudi le premier ministre Philippe Couillard, lors d'une allocution devant les maires membres de la Fédération québécoise des municipalités réunis en congrès.

Le premier ministre a dit vouloir instaurer un nouveau type de relation avec le monde municipal, qui réclame depuis des années une décentralisation des pouvoirs assortie de nouvelles sources de revenus.

Le partage des redevances pétrolières, gazières et minières avec les municipalités leur assurera de nouvelles rentrées d'argent, a commenté M. Couillard.

Comme ses prédécesseurs au cours de la dernière décennie, l'actuel président de la fédération, Richard Lehoux, est venu plaider à son tour en faveur d'un processus de décentralisation et de dévolution de pouvoirs en faveur du palier local.

Rappelant que 70 pour cent des revenus des municipalités provenaient des taxes foncières, M. Lehoux a revendiqué de Québec la conclusion d'un nouveau pacte fiscal qui leur donnerait accès à des sources de revenus plus diversifiées, notamment grâce aux redevances sur les ressources naturelles.

Il faut renforcer la gouvernance de proximité, selon M. Lehoux, disant attendre de Québec le dépôt d'un projet de loi sur la décentralisation des pouvoirs en faveur des municipalités. En point de presse, il s'est montré optimiste, disant sentir «une volonté ferme» de la part du gouvernement.

En point de presse, M. Couillard s'est engagé à «reconnaître pleinement le gouvernement de proximité» que sera le palier municipal, promettant de procéder à «une véritable décentralisation» qui inclura le partage des redevances.

Grâce à ces redevances, les municipalités pourront intervenir «au bénéfice de la formation, de la création d'emplois et de la promotion touristique», a fait valoir le premier ministre, sans donner d'échéancier ni de précisions sur le type de partage Québec-municipalités qu'il avait à l'esprit.

PLUS:pc