NOUVELLES

Baptême de feu pour trois recrues américaines à la Coupe Ryder

25/09/2014 05:12 EDT | Actualisé 25/11/2014 05:12 EST

GLENEAGLES, Royaume-Uni - Les recrues américaines se retrouveront rapidement dans la mêlée à la Coupe Ryder.

Le capitaine des États-Unis, Tom Watson, a décidé d'utiliser ses trois recrues dès la première séance, vendredi matin, sous la formule deux balles meilleure balle à Gleneagles — dont deux qui joueront ensemble face à un duo incluant une des recrues européennes.

Le nouveau venu Jimmy Walker fera la paire avec Rickie Fowler dans le deuxième duel, contre Martin Kaymer et Thomas Bjorn, un Danois de 43 ans qui participe à la Coupe Ryder pour une première fois depuis 2002.

La décision la plus étonnante de Watson est celle de jumeler les recrues Jordan Spieth et Patrick Reed dans la troisième confrontation. Ils seront opposés à Ian Poulter et la recrue Stephen Gallacher.

Watson a offert un message simple à son duo de recrues: «Je vais vous lancer dans l'océan sans bouée de sauvetage. Vous allez vous présenter sur le terrain et faire ce que vous avez à faire».

Watson a déclaré qu'il était important de faire jouer ses recrues dès la première séance, à la place d'attendre l'après-midi et les matchs en coups alternatifs.

«C'est le moment pour se tremper les pieds, a dit Watson. J'aimerais qu'ils puissent jouer les 18 trous. Ils pourront frapper leur propre balle et trouver leur zone de confort.»

Âgé de 21 ans, Spieth, qui compte cinq top-5 à son palmarès cette saison sur le circuit de la PGA, est le plus jeune golfeur en 15 ans à participer à la Coupe Ryder. Il se retrouve sur un terrain qu'il connaît, lui qui a joué à Gleneagles en 2010 lors de la Coupe Ryder junior. Il avait gagné ses trois matchs.

«Il sera lancé dans la cage du lion puisqu'il a déjà joué ici à Gleneagles lors de la Coupe Ryder junior, a expliqué Watson. Il a une volonté de fer et je suis très impressionné par son attitude.»

La même chose vaut pour Reed, 24 ans, qui s'était autoproclamé un des cinq meilleurs joueurs au monde après avoir triomphé à Doral plus tôt cette année.

«Quand il est sur une lancée, il croit pouvoir vaincre n'importe quel golfeur au monde, a déclaré Watson. J'aime cette attitude chez un joueur.»

Si Spieth et Reed peuvent vaincre Poulter et Gallacher, les Américains risquent d'être gonflés à bloc pour le reste du tournoi.

Poulter a remporté ses sept derniers duels, une séquence qui remonte à 2010 au Celtic Manor. Il a été l'élément déclencheur de l'irrésistible remontée des Européens il y a deux ans à Medinah.

«Je ne pense pas que vous auriez pu choisir un adversaire que nous souhaitions plus affronter, a dit Spieth. J'ai l'impression que notre travail est d'aller chercher un point. Nous pouvons le faire contre ces deux gars-là. Je pense que ça porterait un dur coup au moral de l'Europe.»

Le capitaine de l'Europe, Paul McGinley, a décidé de laisser de côté ses deux autres recrues — le Français Victor Dubuisson et le Gallois Jamie Donaldson — lors des matchs en matinée. On l'a questionné sur la décision de Watson de faire jouer ses trois recrues dès la première séance.

«C'est peut-être une idée de génie de la part de Tom, ou peut-être pas», a-t-il répliqué.

PLUS:pc