BIEN-ÊTRE

«3 fois par jour»: après le blogue et la boutique, voici le livre (VIDÉO)

25/09/2014 11:07 EDT | Actualisé 04/01/2016 10:54 EST

Le livre 3 fois par jour n’était pas encore lancé officiellement que 11 000 exemplaires avaient déjà trouvé preneurs en prévente. L’ouvrage est arrivé en magasin mardi et, pour souligner cette étape importante, Marilou et Alexandre Champagne ont passé une partie de la journée à la boutique Archambault, au coin des rues Berri et Sainte-Catherine, pour une séance de dédicaces et de discussion avec le public qui les suit fidèlement.

style="float:

Ce jeudi, ils se déplacent à Place Laurier, à Québec, pour répéter le même exercice. Marilou et Alexandre adorent le contact avec les gens; ils s’occupent eux-mêmes des réseaux sociaux de 3 fois par jour, répondent aux commentaires, enlèvent les remarques déplacées…

C’est maintenant une véritable PME que le jeune couple gère avec sa bannière 3 fois par jour, d’abord mise sur pied sans attentes et sans prétention. Au printemps 2013, Marilou convainquait son copain, qu’elle fréquentait alors depuis un an, de plonger avec elle dans l’aventure d’un blogue culinaire. Le plan était clair: elle serait aux fourneaux, et lui, derrière l’appareil photo pour immortaliser ses créations. Celle qui vivait de sa musique depuis la préadolescence rêvait d’une telle tribune, amoureuse de la bonne bouffe, le nez plongé dans les bouquins de recettes depuis sa tendre enfance.

«Avant de lancer 3 fois par jour, j’adorais déjà cuisiner, raconte la jeune femme. Même que ça m’inquiétait un peu. J’aimais beaucoup, beaucoup ça, et je me disais que j’aurais dû tripper davantage sur la musique…»

Alexandre, lui, prenait plaisir à photographier les plats mitonnés par sa douce mais, au départ, trouvait l’idée un peu quétaine; il l’avoue sans ambages. Le garçon avait du mal à trouver sa place dans le projet. Pour les beaux yeux de sa Marilou, il a néanmoins embarqué, non sans quelques remises en question.

100 recettes inédites

Or, rapidement, 3 fois par jour a pris de l’expansion. Peu après son ouverture, le portail web est passé de simple blogue à site complet, avec pages et sections distinctes. Le 10 octobre 2013, Marilou et Alexandre inauguraient leur boutique d’accessoires en ligne. De fil en aiguille, on a proposé des semaines thématiques et inséré des capsules vidéo. Alexandre s’est alors découvert un intérêt pour la gestion et le marketing. Aujourd’hui, 3 fois par jour emploie deux personnes à temps plein et près d’une dizaine d’autres à temps partiel: une aide cuisinière, une assistante photographe, une gérante de la boutique, un technicien de son pour les vidéos, des programmeurs informatiques, des responsables du transport, etc.

L’entreprise génère des profits depuis le début de 2014, lorsque 3 fois par jour a pu s’appuyer sur des commanditaires, du placement publicitaire et un partenariat avec la chaîne d’alimentation Metro, et ne cesse de grandir: on annonce déjà une refonte complète du site pour le mois prochain ainsi qu’une nouvelle gamme de produits bientôt disponibles à la boutique.

«On a tout développé en même temps, mais on n’a pas tout sorti à la même date, précise Alexandre. Dans nos têtes, la boutique était prévue, le livre aussi. Marilou s’occupe d’imaginer les recettes et de les tester, et moi je m’occupe de tout ce qui a rapport à l’entreprise, au bon fonctionnement des affaires. Je suis responsable de toute la partie en arrière.»

«Pour ce qui est des grosses décisions, dans tout ce qui est créatif on se challenge tous les deux, renchérit Marilou. Souvent, je lance des idées folles à Alex, il en rajoute et, finalement, ça se termine avec une idée qui vient de nous deux et qu’on est contents de présenter.»

Et voilà que le livre est maintenant en vente, avec ses 100 recettes inédites, jamais parues sur le site, incluant des propositions sans gluten, sans lactose, crues, végétariennes, rapides et économiques. Les trois assiettes les plus populaires de l’histoire de 3 fois par jour s’y trouvent également. En un an et demi, une dizaine de maisons d’édition ont approché Marilou et Alexandre pour publier le premier manuel 3 fois par jour, mais ceux-ci souhaitaient prendre leur temps afin de s’allier à une boîte qui leur permettrait de garder leur authenticité. Le déclic s’est produit lorsqu’ils ont échangé avec Antoine Ross Trempe, directeur des Éditions Cardinal.

«On avait des propositions de gros majors et ça me faisait peur, souligne Marilou. J’ai connu ça dans le monde de la musique et, quand tu embarques dans une grosse machine, tu ne sais pas jusqu’à quel point tu vas avoir le contrôle. Antoine avait la même vision que nous. Quand on a lancé 3 fois par jour, c’était pour être nos propres patrons, et faire ce qu’on avait envie de faire. On a senti cette liberté chez les Éditions Cardinal.»

Maintenant habituée de concocter des mets de toutes sortes, des plus végétariens aux plus décadents, Marilou se fie beaucoup à son instinct lorsque vient le temps d’ajouter une recette à son répertoire.

«Au début, je testais beaucoup, note-t-elle. Avec le temps, j’ai appris à créer dans ma tête. J’arrive à savoir ce qui va marcher ou pas avant même de le cuisiner. Maintenant, je pense à des idées, à mélanger tel ou tel ingrédient ensemble, et ça marche.»

N’étant pas une grande consommatrice de viande, Marilou a parfois de la difficulté à trouver des façons d’en apprêter pour ainsi faire le bonheur des carnivores. «C’est moi qui s’occupe du barbecue, l’été», siffle Alexandre. D’après les commentaires reçus des internautes, le poulet au beurre et les muffins au thé vert de 3 fois par jour ont grandement la cote.

Fonder une famille….bientôt

Éventuellement, Marilou aimerait greffer un volet caritatif à 3 fois par jour. L’artiste de 24 ans en a abondamment parlé, et l’évoque aussi dans la préface de son livre: plus jeune, elle a souffert de troubles alimentaires, dont elle est parvenue à guérir. Elle se lance pour mission, avec ses réalisations culinaires, de sensibiliser la population à ce type de maladies et n’écarte pas la possibilité d’ériger un jour une fondation, un désir endossé par Alexandre.

«Avec 3 fois par jour, on voulait intéresser les gens au fait de cuisiner des trucs simples, avance le jeune homme. 99% des gens qui consomment des recettes sur internet ne sont pas des chefs. On voulait que ça soit beau, simple, accessible. Pour nous, se rassembler autour d’une bouffe, en famille ou entre amis, c’est significatif, et on voulait mettre ce plaisir de l’avant et prôner de saines habitudes alimentaires. »

Professionnellement, pour l’instant, Marilou prend une pause de la musique et ne prévoit pas lancer de nouvel album à court ou moyen terme, préférant déployer toute son énergie à faire rouler 3 fois par jour; sa dernière galette, Au milieu de mon écart, avait été déposée dans les bacs il y a environ un an. Ce hiatus durera combien de temps? Serait-il possible qu’elle abandonne la chanson pour de bon? «On verra où la vie m’emmène, répond-elle simplement. Je me sens plus utile avec la bouffe…»

Autre gros projet pour les tourtereaux: fonder une famille. Un sourire tendre se dessine sur leurs lèvres lorsqu’ils mentionnent ce rêve qu’ils chérissent. Ont-ils déjà une bonne nouvelle à annoncer en ce sens? «On aimerait ça, mais non!», s’amuse Marilou.

La venue du bébé est donc, peut-être, pour bientôt. En attendant, le tandem a consolidé son union en se mariant, samedi dernier, jour de l’anniversaire de Marilou, dans le plus grand secret. Seule une photo publiée sur Instagram a indiqué à leurs admirateurs que les amoureux avaient fait le grand saut. Ils dévoileront peut-être d’autres clichés du grand événement dans les jours à venir, mais au compte-gouttes. Marilou et Alexandre tiennent à garder privé ce moment important de leur vie à deux.

«On s’est beaucoup fait approcher par les médias, mais on ne voulait pas trop en parler, explique Marilou. On voulait partager ce que nous, on voulait montrer. On n’a pas envie de donner plus de détails. Les gens nous demandent à quel endroit ça a eu lieu, comment ça s’est passé, mais nous, on trouve que quelques photos, c’est assez…»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

« Le 12 août, j'achète un livre québécois »: vos sélections de 2014