POLITIQUE

Cacouna: les travaux de forage vont se poursuivre, annonce Philippe Couillard

24/09/2014 11:29 EDT | Actualisé 24/11/2014 05:12 EST
AFP via Getty Images
Quebec Liberal leader, Philippe Couillard(C), addresses the Board of Trade of Metropolitan Montreal April 1, 2014 in Montreal, Canada. The elections are scheduled for April 7, 2014. AFP PHOTO/Francois Laplante Delagrave (Photo credit should read Francois Laplante Delagrave/AFP/Getty Images)

QUÉBEC - Les forages de l'entreprise TransCanada au large de Cacouna sur le fleuve Saint-Laurent sont nécessaires et se poursuivront, a tranché le premier ministre Philippe Couillard, mercredi.

En point de presse à l'Assemblée nationale, le premier ministre a dit prendre acte de la décision de la Cour supérieure qui a ordonné la veille l'arrêt des travaux jusqu'au 15 octobre à la demande de groupes écologistes alarmés par le sort réservé aux femelles bélugas prêtes à mettre bas et leurs petits.

Mais au-delà de cette date, les travaux vont reprendre parce qu'ils sont «absolument» requis pour caractériser les sols et faire une évaluation environnementale du projet, a déclaré le premier ministre.

«Il faut les décaler dans le temps compte tenu de l'information nécessaire sur la question des bélugas mais à ce que je sache, on ne dit pas qu'il ne faut pas les faire», a dit M. Couillard au sujet de l'injonction émise par le tribunal.

«Ce sont des forages, faut le répéter, qui sont nécessaires parce qu'il faut faire une évaluation environnementale», a-t-il insisté.

Le premier ministre a promis d'apporter des changements pour améliorer la «fluidité» des échanges entre le ministère québécois de l'Environnement et Pêches et Océans Canada dans la gestion du processus.

Par le biais des forages, une évaluation environnementale du projet sera soumise à l'Office national de l'énergie et une évaluation du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sera menée en parallèle, a précisé M. Couillard.

«Ce ne sont pas des travaux qui visent à faire le projet, c'est bien important de l'expliquer, ça fait partie de l'information nécessaire pour avoir une évaluation environnementale du projet qui elle-même va être déposée à l'Office national de l'énergie du Canada. Pendant ce temps, on va faire, nous, un BAPE qui va être également déposé comme argumentaire québécois devant la même instance», a-t-il expliqué.

M. Couillard s'est par la suite défendu de sacrifier les considérations environnementales et écologiques sur l'autel du développement industriel.

«Faut arrêter de mettre constamment en opposition les projets de développement économique et l'environnement. Les deux vont de pair, la main dans la main. La question des bélugas est majeure, ça va être au coeur, je crois, des délibérations de l'Office national de l'énergie et des travaux du BAPE», a-t-il fait valoir.

Dans son jugement, la Cour supérieure écorche le ministre de l'Environnement, David Heurtel, en suggérant qu'il a fait preuve de laxisme et ne s'est pas préoccupé de l'impact des travaux de TransCanada sur les populations de bélugas, une espèce menacée.

À New York pour la semaine du climat, M. Heurtel n'était pas en Chambre mercredi pour défendre ses décisions dans ce dossier.

Pour l'opposition péquiste, la décision de la Cour supérieure fait la démonstration que le ministre Heurtel ne s'est appuyé sur aucune étude scientifique pour émettre les certificats d'autorisation pour les forages géotechniques à la hauteur de Cacouna.

Le Parti québécois exige l'annulation des certificats d'autorisation délivrés à TransCanada, une possibilité qu'offre l'article 115 de la Loi sur la qualité de l'environnement.

«La crédibilité du ministre, qui était déjà faible, est très durement entachée, très durement affectée. Je trouve qu'il a perdu toute crédibilité dans le milieu de l'environnement. C'est pour ça que ce que je vous dis aujourd'hui, il appartient au premier ministre de dire à son ministre: 'Écoute, annule les certificats d'autorisation, mandate sans délai le BAPE'», a dit le porte-parole du Parti québécois en matière de développement durable et d'environnement, Sylvain Gaudreault.

Alors que le ministre de l'Environnement est discrédité, son collègue de l'Énergie, Pierre Arcand, se comporte en laquais de l'industrie pétrolière, a continué le député.

«Ce que ça nous laisse entendre, c'est que le ministre et le gouvernement pourraient être à la solde de TransCanada Énergie. Et ce n'est pas à TransCanada de décider ce qui va passer sur notre territoire, comme ce n'est pas plus au gouvernement fédéral de le faire», a-t-il soulevé.

La société TransCanada (TSX:TRP) souhaite exporter du pétrole des sables bitumineux de l'Alberta avec son projet d'oléoduc Énergie Est, via un terminal maritime à Cacouna.

L'équivalent d'environ un million de barils de pétrole brut serait quotidiennement transporté à travers cet oléoduc de quelque 4600 kilomètres en direction de raffineries et terminaux au Québec et au Nouveau-Brunswick.

TransCanada avance que le gouvernement québécois pourrait toucher plus de 2 milliards $ en recettes fiscales avec les phases de conception, de construction et d'exploitation de l'oléoduc controversé.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 100 espèces les plus menacées dans le monde