NOUVELLES

Élève poignardé dans une école à Toronto: un adolescent de 17 ans accusé

24/09/2014 06:30 EDT | Actualisé 24/11/2014 05:12 EST

TORONTO - Un adolescent de 17 ans fait face à une accusation de meurtre non prémédité en lien avec le décès d'un autre jeune dans une école secondaire du nord-ouest de la ville de Toronto.

L'incident se serait produit à l'Institut North Albion Collegiate, mardi, en début d'après-midi. Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé le corps inerte d'Hamid Aminzada, âgé de 19 ans.

Il a été transporté à l'hôpital où il a succombé à ses blessures.

Le jeune homme de 17 ans, qui ne peut être identifié en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, a par la suite été arrêté.

Selon la police, une dispute entre deux élèves a mené à une confrontation dans un couloir de l'école. Lorsqu'un autre élève est intervenu pour tenter de calmer les deux parties, il se serait fait poignarder.

La directrice de l'éducation du Toronto District School Board, Donna Quan, estime qu'il s'agit d'un incident isolé et que les écoles sont des endroits sûrs.

«Ce n'est pas quelque chose qui se produit dans nos écoles tous les jours ou fréquemment. En général, nos écoles sont très, très accueillantes, très, très bienveillantes», a-t-elle déclaré.

Elle croit également que les mesures de sécurité actuellement en place, qui incluent des systèmes de surveillance vidéo, sont suffisantes. Elle affirme que l'installation de détecteurs de métal dans les écoles ne fait pas partie des plans de la commission scolaire.

«Les détecteurs de métal ne sont pas la solution. Nous ne voulons pas créer de forteresses», a-t-elle expliqué, mercredi.

Lorsqu'on lui a demandé comment un élève avait pu apporter un couteau à l'intérieur de l'école, le surintendant de la police de Toronto, Ron Taverner, a répondu que l'incident aurait pu se produire n'importe où.

«Le fait que ça ait eu lieu à l'école est évidemment très, très tragique, mais la réalité est que ce type d'arme pourrait être caché sur n'importe qui, n'importe où», a-t-il souligné.

PLUS:pc