NOUVELLES

François Hollande confirme la mort de l'otage français en Algérie

24/09/2014 12:24 EDT | Actualisé 24/11/2014 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Le président de la France, Francois Hollande, a confirmé mercredi la mort d'un otage français en Algérie.

«Hervé Gourdel est mort parce qu'il était Français, parce que son pays, la France, combat le terrorisme. Parce qu'il est le représentant d'un peuple, le nôtre, (...) qui défend la dignité humaine contre la barbarie. Ma détermination est totale», a déclaré M. Hollande en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, à New York.

M. Hollande s'est entretenu avec la famille du défunt, selon une source présidentielle.

Le groupe Jund al-Khilafah («Soldats du califat») avait prévenu dimanche, après avoir enlevé Hervé Gourdel, que l'homme serait exécuté dans 24 heures si la France ne mettait pas fin à ses frappes contre l'organisation État islamique en Irak.

Une vidéo diffusée par un organisme américain indique que l'otage a été décapité après que Paris eut refusé cesser ses frappes aériennes en Irak.

Dans la vidéo, le groupe qui s'est récemment séparé de la branche d'Al-Qaïda en Afrique du Nord jure allégeance au leader de l'organisation État islamique, Abou Bakr al-Bagdadi, et dit combattre ses ennemis. Des hommes masqués condamnent les attaques françaises en Irak ainsi que l'intervention de la France contre les islamistes au Mali.

L'organisation de surveillance du terrorisme SITE Intelligence Group a diffusé mercredi une vidéo de Jund al-Khilafah annonçant la mort de M. Gourdel. La vidéo aurait été mise en ligne sur Twitter.

Hervé Gourdel, un guide de montagne de 55 ans originaire de Nice, a été enlevé dans le massif du Djurdjura, dans le nord de l'Algérie. Ses compagnons algériens ont été relâchés.

Une cérémonie pour lui rendre hommage aura lieu jeudi à son lieu de travail.

Les forces algériennes avaient lancé une vaste campagne pour tenter de le retrouver. La vidéo ressemble à celles qui montraient, au cours des dernières semaines, la décapitation de deux journalistes américains et d'un travailleur humanitaire britannique.

Le meurtre de l'otage français représente un nouveau départ pour les islamistes radicaux en Algérie, qui ont encaissé des millions de dollars par le passé en échangeant leurs otages occidentaux contre des rançons. Certains ont été sauvés grâce à des rançons payées officieusement par le gouvernement français.

La France a lancé des frappes aériennes en Irak vendredi, devenant le premier pays à se joindre ouvertement à la campagne américaine contre le groupe État islamique dans ce pays.

Près de 1000 Français ont joint ou tentent de joindre les rangs de l'État islamique, ce qui représente le plus grand nombre de combattants étrangers originaires de pays occidentaux. Les autorités françaises s'inquiètent de leur retour au pays.

PLUS:pc