NOUVELLES

Ceux qui pensent avoir l'Alzheimer ont parfois raison, dit une étude

24/09/2014 05:25 EDT | Actualisé 24/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Les gens qui commencent à remarquer leurs propres pertes de mémoire sont peut-être sur la piste de quelque chose d'intéressant, indiquent des chercheurs américains.

Ils affirment que ces pertes de mémoire signalées par le patient sont fortement associées à une perte de mémoire clinique plus tard pendant la vie.

Le docteur Richard Kryscio et ses collègues de l'université du Kentucky ont demandé à 531 sujets ayant un âge moyen de 73 ans et ne présentant aucune démence s'ils avaient noté des changements concernant leur mémoire au cours de l'année précédente. Les participants ont ensuite été suivis, en moyenne, pendant dix ans.

Pendant l'étude, 56 pour cent des sujets ont rapporté une dégradation de leur mémoire. Ceux-ci étaient trois fois plus susceptibles de développer des problèmes de mémoire ou de raisonnement que les autres. Environ un participant sur six a souffert de démence pendant l'étude, dont 80 pour cent qui avaient tout d'abord rapporté des problèmes de mémoire.

En moyenne, les troubles cliniques sont apparus neuf ans après les premières pertes de mémoire signalées par le patient, contre 12 ans pour la démence. Les chercheurs soulignent qu'on dispose donc de plusieurs années pour intervenir, avant que le problème ne devienne médicalement quantifiable.

Le docteur Kryscio assure enfin qu'il n'y a pas lieu de paniquer si on oublie où on a laissé les clés. Il suggère d'en discuter avec un médecin, tout en rappelant que la science ne peut actuellement rien faire pour empêcher l'apparition de troubles comme la maladie d'Alzheimer.

PLUS:pc