NOUVELLES

Barrette annonce des ententes avec les deux fédérations de médecins

24/09/2014 08:49 EDT | Actualisé 24/11/2014 05:12 EST

QUÉBEC - L'étalement de la hausse des salaires de 1,2 milliard $ des médecins sur une période de huit ans étant conclu, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a mis le cap, mercredi, sur «le grand changement» qu'il entend opérer dans le réseau de soins de santé.

M. Barrette a annoncé qu'il avait conclu des ententes de principe avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ).

La première année, 2014-2015, ne prévoit aucun versement, a indiqué le ministre lors d'un point de presse, sans donner d'autres détails.

Le gouvernement souhaitait étaler sur neuf ans les hausses prévues au cours des deux prochaines années en vertu d'ententes conclues en 2006. Cette demande visait à faciliter le retour à l'équilibre budgétaire prévu au terme de l'exercice 2015-2016.

«On a demandé des efforts substantiels aux deux fédérations pour ces deux années-là (2014-2015 et 2015-2016) et évidemment en termes d'augmentation, zéro est un effort substantiel, a dit M. Barrette en point de presse. Évidemment les montants qui sont proposés pour 15-16 sont considérés par les fédérations comme étant très bas. Et ils le sont. Ensuite, c'est un étalement sur huit ans qui est à la convenance des deux parties.»

Selon le ministre, la FMOQ soumettra l'entente de principe à ses membres le 4 octobre tandis que la FMSQ devrait faire de même lors d'une assemblée générale spéciale jeudi soir.

M. Barrette a affirmé que cette question réglée avec les médecins, toute son attention sera maintenant consacrée à améliorer la viabilité du réseau de la santé et mieux contrôler la croissance des coûts.

«À partir du moment où cet élément est réglé, en santé, toute notre attention va être portée à la prise de décisions sur des mesures qui vont faire en sorte que le patient, le citoyen ait un meilleur accès aux soins de santé et faire en sorte que les embûches actuellement que vivent les patients dans notre système soient levés, a-t-il dit. C'est une espèce de grand changement, on va dire, qui va se révéler devant vous incessamment.»

M. Barrette a affirmé qu'il n'y a aucun lien entre l'annonce du règlement avec les médecins et l'inscription, à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, d'un projet loi qui doit modifier l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé, notamment par l'abolition des agences régionales.

«Il n'y a pas de lien entre le règlement qu'on a obtenu avec les deux fédérations, il n'y a pas de lien formel évidemment entre les ententes et ce qui s'en vient, en termes de projet de loi, mais vous comprendrez que la santé ne se découpe pas en tranches, a-t-il dit. La santé est tributaire de finances publiques en santé.»

M. Barrette avait d'abord annoncé mercredi matin, avant une réunion du caucus des députés libéraux, la conclusion d'une entente avec les médecins omnipraticiens. Il avait alors indiqué que les discussions se poursuivaient avec les spécialistes et qu'il ne restait qu'«un petit pas à faire».

Les négociations avaient débuté en mai, pour s'interrompre durant l'été. La semaine dernière, les échanges ont été plus vifs entre la FMSQ et M. Barrette, qui a présidé le regroupement jusqu'à son élection au gouvernement cette année.

«Ç'a été une négociation tout à fait correcte avec ses tactiques et stratégies habituelles, a-t-il dit. (Mardi) nous nous sommes quittés dans la bonne humeur.»

Selon M. Barrette, l'importance de l'opinion publique s'est fait sentir dans les discussions avec les médecins.

«Il y a la bataille de l'opinion publique et les faits sont ce qu'ils sont et à un moment les gens doivent être sur la même page à la fin lorsqu'on conclut», a-t-il dit.

PLUS:pc