NOUVELLES

Arthur Porter avoue avoir reçu de l'argent de SNC-Lavalin

24/09/2014 05:50 EDT | Actualisé 24/09/2014 05:50 EDT
Radio-Canada

Interrogé par une équipe de CBC à la prison de La Joya, au Panama, où il est incarcéré depuis 16 mois, le Dr Arthur Porter reconnaît avoir reçu une importante somme d'argent de la part de SNC-Lavalin, mais pour du démarchage international.

Un texte de Anne Panasuk

Rien à voir, dit-il, avec le contrat de construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), dont il était alors le directeur.

Accusé d'avoir reçu un pot-de-vin de 22,5 millions de dollars, une somme qui a été versée dans le compte de sa compagnie Sierra Asset Management et qu'il aurait partagée avec son ex-bras droit Yanaï Elbaz, Arthur Porter soutient que l'argent provient plutôt de contrats qu'il a signés avec SNC-Lavalin pour autre chose.

Les témoignages à la commission Charbonneau montrent que SNC-Lavalin a versé ce montant à Sierra Asset Management, dont Arthur Porter était le bénéficiaire. La signature serait intervenue dans les jours où Arthur Porter manoeuvre pour disqualifier la firme espagnole. Il aurait été antidaté pour survenir avant l'attribution du contrat de SNC-Lavalin pour le projet gazier de Rourdhe Nouss, en Algérie, en juin 2009.

Mais dès 2005, raconte Arthur Porter, il était en contact avec SNC-Lavalin, qui l'aurait approché. Il aurait eu des discussions avec Jacques Lamarre, l'ex-PDG de la firme d'ingénierie, soutient-il, entre autres pour un projet gazier. Joint au téléphone, Jacques Lamarre nie avec véhémence avoir même discuté d'arrangements avec Arthur Porter.

Quant à SNC-Lavalin, elle affirme dans un courriel n'avoir « aucune information qui supporte les affirmations de M. Porter, à savoir que SNC-Lavalin lui aurait octroyé un contrat en 2005. Si ledit contrat existait, nous serions intéressés à le voir pour être en mesure de débuter une enquête interne à ce sujet. »

Durant l'entrevue menée par CBC, Arthur Porter soutient parfois avoir signé des contrats en bonne et due forme pour effectuer du démarchage international pour SNC-Lavalin.

« À ma connaissance, tous les contrats que nous avons signés - et nous avons fait ça très rigoureusement - étaient des contrats d'entreprises qui ont été examinés par leur service juridique, qui ont été examinés par nos dirigeants dans différentes entreprises aux Bahamas, et qui n'étaient pas des entreprises secrètes. C'était des contrats divulgués. » — Arthur Porter

Au fil de l'entrevue, il se fait parfois plus vague, parlant d'arrangements et de contrats à venir. Toutefois, il soutient n'avoir été payé qu'une fois que le contrat de construction de l'hôpital a été donné à un consortium mené par SNC-Lavalin. Une simple coïncidence de date, dit-il.

Interrogé à savoir pourquoi il ne revient pas au pays pour subir son procès, Arthur Porter dit craindre de ne pas avoir un procès juste et équitable. Il soutient toujours avoir le cancer et explique sa survie au pronostic de neuf mois, à un nouveau médicament auquel seuls 1 % des malades répondent positivement.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Le chantier des urgences du CUSM