POLITIQUE

Partielle dans Lévis: Marc Ranger espère un «message clair» des électeurs

23/09/2014 04:37 EDT | Actualisé 23/09/2014 04:42 EDT
PC

QUÉBEC - Le porte-parole de la Coalition pour une libre négociation, Marc Ranger, espère que les citoyens de Lévis se prononceront contre l'austérité proposée par le gouvernement Couillard, lors de l'élection partielle du 20 octobre prochain.

Au moment de présenter la candidate du PLQ, Janet Jones, le premier ministre Philippe Couillard a affirmé que l'élection représentera un test pour les réformes annoncées par son gouvernement.

Opposé au gouvernement dans le dossier de la réforme des régimes de retraite municipaux, Marc Ranger souhaite également que l'élection partielle se transforme en plébiscite sur les politiques d'austérité du gouvernement Couillard.

«Je souhaiterais que, dans quelque partielle que ce soit, des messages clairs soient envoyés; qu'on n'a jamais voulu que le gouvernement sabre dans l'ensemble des programmes», dit le porte-parole de la Coalition pour une libre négociation.

Marc Ranger pèse ses mots pour éviter de sembler s'ingérer dans le processus démocratique. «Je ne veux pas que ce soit récupéré politiquement pour dire que la Coalition tente d'influencer le résultat d'une élection partielle dans une circonscription», dit-il.

Le syndicaliste, qui n'a pas la langue dans sa poche, a d'ailleurs fait les manchettes la fin de semaine dernière quand il a déclaré que ses militants pouvaient «foutre le bordel» si le gouvernement allait de l'avant avec son projet de loi 3 sans y apporter de modifications.

«Je ne regrette absolument rien, je le réitérerais», assure Marc Ranger. Il explique que l'image n'impliquait pas du grabuge, mais plutôt des moyens de pression, comme des grèves tournantes.

Si aucune action locale n'est prévue à Lévis pour le moment, cela pourrait changer si le gouvernement va de l'avant avec son projet de loi. «Ce sera évalué au fur à mesure que la situation évolue, explique-t-il. On n'a rien écarté, mais pour l'instant, ce n'est pas sur notre table à dessin.»

Marc Ranger croit que les nombreuses fuites dans les médias sur les compressions envisagées pourraient influencer le vote dans Lévis. «Je suis profondément convaincu que s'ils [les Libéraux] avaient fait la moitié de ces annonces-là pendant la campagne électorale, ils n'auraient jamais été élus», dit-il, en citant la réduction des congés parentaux, la hausse des tarifs des garderies et même la hausse de la TVQ brièvement envisagée par le ministre Leitao, avant d'être rejetée.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Les régimes de retraite en bref