NOUVELLES

Hausse des signalements à la DPJ dans la région de Québec et de Chaudière-Appalaches (VIDÉO)

23/09/2014 06:32 EDT | Actualisé 23/09/2014 06:32 EDT

Comme partout au Québec, les directions de la protection de la jeunesse (DPJ) des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches ont observé cette année une hausse significative du nombre de signalements traités par rapport à l'année dernière.

En 2013-2014, 8241 signalements ont été traités au Centre jeunesse de Québec, soit 8 % de plus que l'an dernier. Du côté du Centre jeunesse Chaudière-Appalaches, ce sont 4324 signalements qui ont été traités, ce qui représente une hausse de 14 %.

À l'échelle de la province, les DPJ ont traité près de 83 000 signalements, ce qui représente une hausse de 3 % par rapport à l'année précédente.

Ce sont les signalements pour négligence et risques sérieux de négligence qui ont été retenus dans une plus grande proportion, soit 35,8 % pour l'ensemble du Québec, suivis de près par les abus physiques et les risques sérieux d'abus physiques.

Inquiétudes vis-à-vis de possibles compressions

Les DPJ ont profité du dépôt de leur bilan annuel pour faire part de leur crainte de subir des compressions budgétaires additionnelles.

Elles font valoir que 35 ans après l'adoption de la Loi sur la protection de la Jeunesse, le Québec est encore loin d'être une société sans maltraitance à l'égard des enfants : il y a en moyenne de 227 signalements par jour au Québec.

Les DPJ soulignent que même si le Québec fait face à des choix difficiles sur le plan financier, il doit maintenir les enfants au sommet de ses priorités.

Elles soulignent que depuis 2010, malgré une hausse des signalements de plus de 17 %, les établissements qui offrent des services aux enfants, aux jeunes et aux familles en difficulté ont été soumis à des compressions budgétaires. Elles craignent que ce soit encore le cas cette année.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission «Ça commence bien!», rendez-vous sur le site de V Télé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter