NOUVELLES

Hausse des signalements à la DPJ en Mauricie et au Centre-du-Québec (VIDÉO)

23/09/2014 07:07 EDT | Actualisé 23/09/2014 07:08 EDT

Pour l'année 2013-2014, le Centre jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec a reçu 7 623 signalements, soit une moyenne de 21 par jour.

Cela représente une augmentation de 15 % par rapport à l'année précédente, alors que le Centre a fait face à des compressions de 730 000 dollars.

C'est ce qui ressort du 11e Bilan annuel des directrices et directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ). rendu public aujourd'hui.

« Il y a dans cette proportion de signalements une lecture qu'on fait sous l'angle de la préoccupation qui est très adéquate. En même temps, on ne peut pas se cacher que les réalités de négligence en Mauricie, elles existent autant qu'ailleurs et on a une responsabilité collective d'agir dans ce sens. » — Gina Landry, directrice de la protection de la jeunesse, Centre jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Pour l'ensemble du Québec, le document fait état de 82 919 signalements. Il s'agit principalement de cas de négligence et d'abus physiques.

Le rapport énonce également quelques nouvelles réalités sociales auxquelles la DPJ a dû s'adapter au cours des dernières années. Il est, entre autres, question des familles recomposées, d'une recrudescence des problèmes de santé mentale et, plus récemment, de la violence liée à l'honneur.

La DPJ se dit inquiète

La DPJ, qui célèbre ses 35 ans, a profité du dévoilement du rapport pour inviter les décideurs à « garder en tête l'impact des coûts sociaux et financiers à plus long terme engendrés par la maltraitance, le manque de soutien et la non-réponse aux besoins des enfants et des familles ». L'organisme soutient que malgré les choix financiers difficiles auxquels le Québec est confronté, il est impératif de continuer à placer les enfants au sommet des priorités.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission «Ça commence bien!», rendez-vous sur le site de V Télé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter