NOUVELLES

Le Québec sur la bonne voie de réduction des gaz à effet de serre?

22/09/2014 06:13 EDT | Actualisé 22/09/2014 06:13 EDT
michal kodym via Getty Images

Épreuve des faits - Alors que le premier ministre du Québec Philippe Couillard est à New York pour participer au sommet de l'Organisation des Nations unies sur le climat, qu'en est-il de la promesse du gouvernement libéral de réduire les gaz à effet de serre (GES)?

Un texte de Denis-Martin Chabot

« Je rappelle également le plan de réduction d'émission de gaz à effet de serre. On est à la deuxième édition. On veut continuer ça. »

— Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Au cours de la dernière campagne électorale, Philippe Couillard n'a pris qu'un seul engagement : ramener les émissions de gaz à effet de serre au niveau de 1990, soit une réduction de 20 % d'ici 2020. C'est la poursuite du plan du gouvernement de Jean Charest.

Vérification faite : le Québec a réduit de 6,8 % ses émissions entre 1990 et 2012. Il s'agit de la meilleure performance des provinces canadiennes.

Au cours de la même période, les émissions ont augmenté de 18 % au Canada. Cette hausse est due en grande partie à l'Alberta, où les émissions ont grimpé de 46 %.

Les experts saluent les politiques gouvernementales du Québec, dont l'adoption des normes californiennes d'émissions des automobiles.

Cette baisse est aussi attribuable au ralentissement économique, dont la fermeture de deux usines de magnésium et des papetières. De nouvelles technologies ont également permis aux alumineries de réduire de plus de 10 % leurs émissions.

Pour atteindre l'objectif de 2020, le gouvernement québécois mise beaucoup sur son marché du carbone. Par contre, de nouvelles usines comme la future cimenterie de Port-Daniel et l'exploitation de gisements pétroliers pourraient contrecarrer les efforts québécois.

Efficacité environnementale: le classement des pays développés