NOUVELLES

Le président-élu afghan veut nommer une femme à la Cour suprême

22/09/2014 12:41 EDT | Actualisé 22/11/2014 05:12 EST

KABOUL - Le nouveau président-élu d'Afghanistan a profité de son premier discours, lundi, pour promettre d'accorder une place d'envergure aux femmes au sein de son gouvernement, en plus de déclarer que les femmes sont importantes à l'avenir du pays.

Ashraf Ghani Ahmadzaï a fait ces commentaires au lendemain de la signature d'un accord de partage des pouvoirs par les deux candidats à la présidence afghane.

L'accord a réglé une longue querelle qui menaçait de plonger l'Afghanistan dans une crise politique, ce qui aurait compliqué le retrait des forces américaines et alliées.

M. Ghani Ahmadzaï a ajouté que son ancien adversaire — Abdullah Abdullah, qui dirigera un nouveau bureau de chef de l’exécutif du gouvernement d'unité nationale — s'est transformé de rival en collègue, et que les deux sont déterminés à améliorer l'Afghanistan.

La commission électorale afghane a annoncé dimanche la victoire de M. Ghani Ahmadzaï, quelques heures seulement après que M. Abdullah et lui aient signé une entente de partage des pouvoirs au terme de semaines de négociations.

L'accord permet à la communauté internationale — y compris les États-Unis et l'OTAN — de pousser un soupir de soulagement, puisque l'entente réduit grandement les risques d'affrontements ethniques. M. Ghani Ahmadzaï s'est aussi engagé à signer un pacte de sécurité qui permettra à quelque 10 000 conseillers militaires américains de demeurer au pays l'an prochain, après le retrait de toutes les forces de combat des États-Unis et de l'OTAN.

Le discours de lundi a pris des airs de célébration, en présence d'une vaste foule de partisans. M. Ghani Ahmadzaï a serré la main de plusieurs femmes qui se trouvaient dans la foule, un geste lourd de sens dans un pays où les femmes sont souvent laissées de côté.

L'homme de 65 ans a dit souhaiter que les femmes soient représentées aux plus haut niveau du gouvernement, y compris à la Cour suprême où aucune femme n'a jamais servi. Il a poursuivi sur le même thème pendant son discours télévisé à travers le pays.

«Dans le visage de ces filles je vois les prochaines leaders de l'Afghanistan», a-t-il dit à ses «soeurs» dans le public, en leur expliquant qu'elles ont les mêmes droits au sein de la société et du gouvernement.

Une militante féministe a dit maintenant espérer des gestes concrets, en rappelant que plusieurs Afghanes sont victimes de violence conjugale.

Le nouveau président est perçu comme un homme moderne et bien éduqué. L'ancien ministre des Finances a travaillé pour la Banque mondiale et détient un doctorat de l'université new-yorkaise Columbia. Il a néamoins parsemé son discours de référence à l'islam, déclarant notamment que Dieu passe en premier et l'Afghanistan en second.

Plusieurs Afghans sont agacés que la commission électorale n'ait pas publié les résultats du scrutin de juin au moment d'annoncer la victoire de M. Ghani Ahmadzaï. Des informations officieuses donnent toutefois environ 55 pour cent des voix à M. Ghani Ahmadzaï et 45 pour cent à M. Abdullah.

M. Abdullah estime que le vote a été entaché d'irrégularités. Il avait donc demandé, lors de ses négociations avec M. Ghani Ahmadzaï, que le résultat ne soit pas rendu public.

La position de chef de l’exécutif du gouvernement dont hérite M. Abdullah est comparable à celle de premier ministre.

PLUS:pc