NOUVELLES

Le CPQ inquiet de la méfiance des Québécois à l'endroit du milieu des affaires

22/09/2014 11:43 EDT | Actualisé 22/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Même s'il ne s'est pas brisé, le lien de confiance des Québécois à l'endroit du milieu des affaires s'est certainement «altéré» au fil des années, estime le président-directeur général du Conseil du patronat du Québec (CPQ), Yves-Thomas Dorval.

Il s'agit du constat dressé par M. Dorval, lundi, en marge du dévoilement du cinquième Bulletin de la prospérité du Québec, dans lequel l'organisme a maintenu sa moyenne de «C» pour la province en soulignant qu'elle tardait à réaliser son potentiel économique.

«L'image que les gens ont du milieu des affaires ou de certains projets est davantage créée par d'autres que par les gens d'affaires eux-mêmes», a-t-il observé, en conférence de presse, à Montréal.

Évoquant les résultats d'un sondage qui suggère que près de la moitié des Québécois croient que les entreprises ne profitent pas à la société, M. Dorval a néanmoins reconnu qu'elles avaient notamment mis du temps à s'adapter aux réseaux sociaux, ce qui peut en partie expliquer la situation.

«Ça n'a pas été facile, a-t-il dit. Une compagnie doit s'assurer que tout ce qui est dit est conforme. Ça va trop vite. Le milieu des affaires doit entretenir un dialogue beaucoup plus moderne.»

Déplorant le contexte actuel, le pdg du CPQ a plaidé pour l'instauration d'un «dialogue social» entre le milieu des affaires et la population, puisqu'à son avis, les entreprises ont un rôle crucial à remplir quant à la relance de l'économie.

Selon M. Dorval, autant la population que le secteur privé doivent cesser de s'attendre à ce que le gouvernement du Québec soit le seul acteur à redonner de la vigueur à l'économie québécoise.

«On fait souvent référence à l'État, y compris les gens d'affaires, en disant "il faudrait que le gouvernement intervienne (...) on aurait besoin d'un programme", a-t-il dit. Que ce soit le citoyen ou l'entreprise, le gouvernement ne peut faire la job à notre place.»

M. Dorval a du même coup annoncé qu'il comptait mobiliser les gens d'affaires à cet effet, notamment par le biais d'une tournée des différentes chambres de commerce du Québec.

L'aboutissement du «dialogue social» passe toutefois par un certain changement de culture, croit le pdg du Conseil, qui a suggéré que l'attitude des Québécois par rapport à l'argent était particulière.

«Selon le baromètre des professions, la confiance des Québécois sur toutes les professions qui ont trait à l'argent (banquiers, gens d'affaires, etc...) a diminué de plus de 20 pour cent sur 20 ans, a observé M. Dorval. Ce n'est pas inhérent au Québec.»

Le pdg du CPQ a également affirmé qu'une partie de la population avait une perception erronée du «Québec inc.», qui, selon lui, n'est plus un «old boys club».

«Regardez les jeunes du monde des affaires. (...) Leur vision est beaucoup plus égalitaire et semblable à celles des Québécois. Ils sont par exemple conscients de l'importance de l'environnement», a-t-il dit.

Quant au bulletin, la note de «C» suggère que le Québec traîne de la patte dans plusieurs catégories comparativement à la moyenne des trois autres provinces les plus peuplées au pays, soit l'Ontario, l'Alberta ainsi que la Colombie-Britannique.

Les résultats de pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques sont également pris en considération par le CPQ.

Parmi les 21 indicateurs évalués, trois se sont améliorés l'an dernier: le taux effectif marginal d’imposition, l’âge moyen des investissements en infrastructure publique et les brevets d’invention.

Si la province fait un peu mieux que la moyenne quant à l'obtention d'un diplôme universitaire et les dépenses en recherche et développement, la situation est bien différente en ce qui a trait aux taxes sur la masse salariale et son endettement.

Au pays, le produit intérieur brut par habitant à parité de pouvoir d'achat du Québec (36 216 $) arrive également derrière l'Alberta (66 767 $), l'Ontario (41 350 $) et la Colombie-Britannique (39 915 $).

M. Dorval a réitéré que le Québec devait profiter de ses «nombreux atouts», comme ses ressources naturelles, pour stimuler les investissements privés et être en mesure de relever les défis du vieillissement sur la productivité collective.

«Au Québec, sous sommes comme Obélix qui est tombé dans la potion magique», a observé le pdg du Conseil, en évoquant également la situation géopolitique du Québec ainsi que ses universités.

PLUS:pc