POLITIQUE

La moitié des Américains veulent que la religion influence la politique

22/09/2014 07:35 EDT | Actualisé 22/09/2014 07:36 EDT
Win McNamee via Getty Images
WASHINGTON, DC - SEPTEMBER 29: An American flag waves outside the United States Capitol building as Congress remains gridlocked over legislation to continue funding the federal government September 29, 2013 in Washington, DC. The House of Representatives passed a continuing resolution with language to defund U.S. President Barack Obama's national health care plan yesterday, but Senate Majority Leader Harry Reid has indicated the U.S. Senate will not consider the legislation as passed by the House. (Photo by Win McNamee/Getty Images)

La moitié des Américains estiment que les églises devraient s'exprimer régulièrement sur les questions sociales et politiques, un chiffre en sensible augmentation par rapport à 2010, selon une étude de l'institut Pew publiée lundi.

Les Etats-Unis sont désormais également divisés sur cette question: 49% des Américains sont favorables à ce que les églises et maisons de culte s'investissent dans les débats politiques, contre 43% en 2010, tandis que 48% estiment qu'elles devraient rester en dehors de la politique, selon cette enquête réalisée début septembre auprès de 2.002 adultes. La marge d'erreur est de 2,5 points.

La hausse est portée par les républicains, qui sont désormais 59% à soutenir un rôle accru de la religion en politique, contre 48% en 2010, alors que le chiffre est quasi-stable chez les démocrates. Pour près de trois-quarts des républicains et la moitié des démocrates, il est important que leurs représentants au Congrès aient de fortes croyances religieuses.

Une majorité importante mais en baisse (de 70% en 2010 à 63% aujourd'hui) continue toutefois de refuser que les églises appellent officiellement à voter pour des candidats aux élections.

Parallèlement, une proportion record de 72% des Américains pense que la religion perd de l'influence dans la vie américaine, ce qu'une majorité d'entre eux regrette.

La moitié des Américains considère que l'homosexualité est un péché, contre 45% en mai 2013. Même si les marges d'erreur de l'étude sont plus importantes pour les sous-catégories de la population, une nette différence d'attitude apparaît entre les protestants blancs évangéliques (82% estiment que "le comportement homosexuel est un péché") et les catholiques (44%).

L'étude de Pew revient aussi sur une polémique qui avait éclaté au début de l'année en Arizona et dans d'autres Etats, où certaines petites entreprises spécialisées dans les mariages (fleuristes, traiteurs, photographes...) réclamaient le droit de refuser des clients homosexuels. Au niveau national, 47% des adultes affirment qu'elles devraient pouvoir le faire pour des raisons religieuses.

L'opinion publique n'a pas évolué sur la question de l'avortement, malgré un vif débat dans plusieurs Etats du sud. Les Américains sont 55% à penser qu'il devrait être légal dans tous les cas ou la plupart des cas, contre 40% qui voudraient qu'il soit illégal.

À VOIR AUSSI:

De quelles religions sont les Québécois?