DIVERTISSEMENT

Les Francouvertes en chasse de nouveaux talents (ENTREVUE)

22/09/2014 04:34 EDT | Actualisé 22/09/2014 04:47 EDT
Courtoisie Francouvertes

Vous l’avez sûrement entendu entre les branches: les Francouvertes est en pleine recherche de nouveaux talents pour sa 19e édition, et ce, jusqu’au 3 novembre 2014. Le concours, qui a permis de faire découvrir de nombreux artistes, offrira la bourse SiriusXM de 10 000$ au grand gagnant. En tout, c’est plus de 21 participants qui sont attendus, tous styles musicaux confondus. Keith Kouna, porte-parole avec Fanny Bloom cette année, a pris quelques minutes pour nous parler de cette période très effervescente pour le festival.

Pour l’auteur-compositeur-interprète, qui a été finaliste aux Francouvertes en 2003 avec feu Les Goules, les Francouvertes a été un tremplin important. « À l’époque, ça m’a beaucoup apporté. Ça a donné une belle visibilité aux Goules, ce qu’on n’avait pas eu encore. On jouait dans les radios universitaires, dans des petites salles… Ça nous a apporté une crédibilité vraiment bienvenue. Pour un groupe qui commence, c’est important d’aller chercher une certaine confiance. »

Rappelons que les Francouvertes encourage le jury et les spectateurs à noter leurs impressions, qui sont ensuite remises aux artistes. Une manière très directe de tâter le pouls d’un public pour les artistes. Est-ce que Kouna se rappelle un commentaire particulièrement marquant? « En fait oui! (Rires) Jean-Robert Bisaillon nous avait donné d’excellents conseils. Il nous a encouragé à continuer à faire ce qu’on faisait, de nous foutre des conventions. Bref, il nous a dit que nous étions nécessaires dans le paysage. Disons qu’en tant que jeune formation, ça fait du bien à entendre. »

De finaliste à porte-parole

Depuis, Kouna fait cavalier seul. Avec les albums Les années monsieur (2008), Du plaisir et des bombes (2012) et Le voyage d'hiver, il a réussi à se tailler une jolie place dans le paysage musical québécois. Qu’est-ce que ça signifie pour lui d’être de retour aux Francouvertes, mais cette fois en tant que porte-parole? « Même si je déteste ce mot, c’est flatteur. (Rires) Et ça donne un coup de vieux! »

Ne souhaitant visiblement pas tomber dans le paternalisme, Kouna a l’intention de rester lui-même durant le concours: « C’est ma première expérience comme porte-parole: je n’ai aucune idée de la manière dont je vais me comporter. (Rires). C’est à voir! Mais je risque de me manifester si j’apprécie particulièrement un band! »

À la lumière de son expérience, quelle est selon lui la qualité à posséder pour réussir dans l’industrie musicale? « Si je la connaissais! (Rires) Sincèrement, il y a beaucoup de facteurs. surtout la chance. Le talent ne suffit pas. Il faut être têtu et y croire. Avoir une bonne tête de cochon. Le reste va avec la personnalité. Il y a un côté très « politicien » dans le fait d’être artiste: il faut créer de bonnes relations, rencontrer les bonnes personnes, etc. Honnêtement, je dirais aux participants de tout simplement tripper. Amusez-vous et gagnez! Mettez le paquet, tant qu’à être là! »

La période d’inscriptions est ouverte jusqu’au 3 novembre 2014 ici. La 19e édition se tiendra au Cabaret du Lion d’Or en février 2015. La grande finale aura lieu le 11 mai 2015.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

20 chansons québécoises de l'été 2014 en vidéoclip