NOUVELLES

Ebola: la Sierra Leone reprend vie après 72 heures de quarantaine

22/09/2014 10:39 EDT | Actualisé 22/11/2014 05:12 EST

FREETOWN, Sierra Leone - La capitale de la Sierra Leone a repris vie lundi, au terme d'une quarantaine sans précédent qui a permis aux responsables de visiter un million de résidences pour repérer des victimes du virus d'Ebola et distribuer de l'information.

On ne sait toutefois pas si cet effort permettra de freiner la propagation d'une maladie qui a déjà fait au moins 5800 malades et 2800 morts à travers l'Afrique de l'Ouest, selon un bilan fourni lundi par l'Organisation mondiale de la Santé.

Les autorités n'ont pas encore indiqué combien de nouveaux cas présumés ont été identifiés pendant la quarantaine de 72 heures, mais au moins 71 corps ont été enterrés pendant cette période.

Un dirigeant du groupe Human Rights Watch, Joe Amon, doute toutefois de l'efficacité de la quarantaine, puisque de telles mesures sont difficiles à faire respecter. L'OMS ne s'est pas prononcée clairement.

Environ 75 pour cent des 1,5 million de foyers du pays ont été visités, a dit le ministère de l'Information. Certains habitants se sont plaints de pénuries de nourriture, tandis qu'une rumeur a commencé à circuler selon laquelle le savon distribué par le gouvernement était empoisonné.

L'Ebola a fait au moins 560 victimes en Sierra Leone. La maladie s'est aussi propagée au Libéria, à la Guinée, au Sénégal et au Nigeria. Les centres de traitement sont submergés de patients dès leur ouverture et les travailleurs de la santé peinent à identifier toutes les personnes avec qui les victimes infectées ont été en contact.

Ainsi, le plus grand centre de traitement du Libéria doit déjà composer avec 112 patients, au lendemain de son ouverture. Quarante-six patients sont porteurs de la maladie et les autres ont été placés en quarantaine. Le centre de 150 lits a ouvert ses portes dimanche et une ambulance s'y est immédiatement rendue.

Une conférence de presse prévue lundi pour faire le point sur la campagne en Sierra Leone a finalement été reportée à mardi.

Par ailleurs, les médecins qui soignent un prêtre espagnol rapatrié d'Afrique de l'Ouest après avoir été infecté par le virus ont dit qu'ils étudient des thérapies alternatives, puisque toutes les doses mondiales de Zmapp ont été utilisées.

Un responsable de la santé publique pour la région de Madrid a indiqué que le religieux de 69 ans, le père Manuel Garcia Viejo, est gravement malade. Le père Viejo a été rapatrié à bord d'un avion militaire et est soigné à l'hôpital madrilène Carlos III.

Les médecins espagnols pourraient notamment administrer à leur patient un sérum sanguin provenant d'un patient guéri.

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, a demandé lundi aux militaires du pays de se porter volontaires pour travailler dans une clinique en Afrique de l'Ouest. Elle a promis aux volontaires une formation et une rémunération adéquates, et de les rapatrier en Allemagne en cas d'urgence. La ministre n'a pas précisé combien d'employés sont requis par la clinique de 50 lits.

La Suisse, enfin, a annoncé le retour au pays, par mesure de précaution, d'un infirmier mordu par un patient infecté par l'Ebola. Les autorités ont toutefois indiqué que l'employé était bien protégé et qu'il est fort peu probable qu'il ait été infecté.

PLUS:pc