NOUVELLES

Collisions avec des orignaux: l'avocat portera le rejet de la cause en appel

22/09/2014 07:35 EDT | Actualisé 22/11/2014 05:12 EST

SAINT-JEAN, T.-N.-L. - L'avocat dont le recours collectif pour tenir la province de Terre-Neuve-et-Labrador responsable des collisions entre véhicules et orignaux a été rejeté n'abandonne pas.

Ches Crosbie a annoncé lundi qu'il portera en appel la décision de la Cour suprême de la province de rejeter le recours collectif qu'il défendait.

Il a également demandé au gouvernement de s'entendre à l'amiable avec les plaignants.

Le juge Robert Stack avait rejeté la cause vendredi, en disant que la province n’était pas responsable des collisions et qu’elle avait mis en oeuvre une politique de prévention des accidents appropriée.

M. Crosbie croit toutefois qu'un comité de trois juges d'une cour d'appel pourrait être en désaccord avec cette décision.

Le recours collectif avait été déposé par 135 personnes qui avaient été gravement blessées dans des collisions survenues depuis 2001 et par la succession d'au moins 15 personnes qui en sont mortes.

La province a offert ses condoléances aux victimes des accidents, mais s'est défendue en rappelant la présence de panneaux de signalisation et de clôtures partielles, et la mise en oeuvre d'opérations de débroussaillage et de campagnes de conscientisation auprès des automobilistes.

Le ministre des Transports, Nick McGrath, n'a pas commenté la demande de l'avocat pour une entente à l'amiable. Il a toutefois insisté sur le fait que le gouvernement se penchait sur les résultats d'un projet-pilote d'une valeur de cinq millions $, qui comprenait une augmentation des quotas de chasse, une campagne d'information publique et l'installation de 16 kilomètres de clôtures près du parc provincial Barachois Pond, dans le sud de Terre-Neuve.

PLUS:pc