NOUVELLES

Au moins 40 soldats irakiens tués lors d'attaques du groupe État islamique

22/09/2014 12:56 EDT | Actualisé 22/11/2014 05:12 EST

BAGDAD - Au moins 40 soldats irakiens ont été tués lors d'attaques perpétrées récemment par des kamikazes du groupe État islamique (EI).

Près de 70 autres militaires auraient été capturés.

Le lieutenant-général Rasheed Fleih a expliqué lundi que les soldats sont disparus pendant le siège de la ville de Sijir, dimanche, et qu'ils ont probablement été emmenés à Falloujah.

Un autre responsable irakien a révélé, sous le couvert de l'anonymat, que 700 soldats se sont repliés après l'attaque contre Sijir.

Par ailleurs, la journée de lundi a été particulièrement meurtrière dans la capitale irakienne, avec un bilan de 26 décès.

Une explosion dans une voiture piégée a tué 12 personnes dans le centre-ville de Bagdad, lundi, selon des autorités policières qui ont gardé l'anonymat. Au moins 28 autres auraient été blessées dans l'attaque.

Toujours lundi, une fusillade a causé la mort de sept personnes. Plus tôt, quatre personnes avaient péri lorsqu'une bombe avait retenti dans une rue commerciale du sud de la ville.

Au nord du pays, un tireur a fait irruption dans la maison d'un militant sunnite qui avait combattu aux côtés des États-Unis contre la branche irakienne d'Al-Qaïda, tuant ses deux fils et sa fille, selon les autorités policières. Le combattant sunnite et sa femme ont été blessés.

Aide des alliés

L'armée irakienne, aidée par les tirs aériens des États-Unis, a pu regagner dans les derniers jours Mosul Dam, ainsi que des petites villes environnantes.

Toutefois, les militants de l'EI contrôlent toujours de grandes villes comme Fallujah et Mosul.

Par ailleurs, les forces kurdes ont commencé à être formées par des pays occidentaux comme les États-Unis, la France, l'Italie et l'Allemagne pour rehausser leur capacité à combattre les militants de l'organisation État islamique.

Les forces kurdes sont notamment formées à l'utilisation des mitrailleuses, des mortiers, des roquettes et des robots anti-mines qui leur ont été fournis, a indiqué Helgurd Hikmet, un responsable des combattants kurdes.

«Nous avons demandé à nos alliés de nous fournir de la formation pour manier ces nouvelles armes (...) Alors maintenant tous ceux qui nous ont donné des armes nous forment», a-t-il expliqué.

Les États-Unis mènent des attaques aériennes et des missions humanitaires dans le nord de l'Irak depuis le mois d'août pour aider les troupes irakiennes et kurdes à repousser les combattants de l'EI. En juin, l'EI avait pris d'assaut le nord de l'Irak, forçant le déplacement de centaines de milliers d'habitants menacés par le groupe extrémiste.

Depuis la semaine dernière, la France a aussi autorisé des frappes aériennes. Plusieurs autres pays de l'occident se sont joints à l'effort, en ravitaillant les soldats kurdes en armes et en versant des millions de $ en aide humanitaire.

PLUS:pc