NOUVELLES

Écosse: les électeurs ont été «escroqués» par Londres, dit Alex Salmond

21/09/2014 10:31 EDT | Actualisé 21/11/2014 05:12 EST
ASSOCIATED PRESS
Scotland's First Minister Alex Salmond, looks on at a No campaigner during a walkabout in Ellon, Scotland, Thursday, Sept. 18, 2014. From the capital of Edinburgh to the far-flung Shetland Islands, Scots embraced a historic moment - and the rest of the United Kingdom held its breath - after voters turned out in unprecedented numbers for an independence referendum that could end the country's 307-year union with England. (AP Photo/Scott Heppell)

LONDRES - Le débat sur l'avenir de l'Écosse s'est transformé en amère guerre de mots, dimanche, le premier ministre écossais affirmant que ses compatriotes ont été «dupés» en rejetant l'indépendance, tandis que les trois principaux partis politiques britanniques se disputaient sur la façon de mettre en place les réformes politiques promises.

Le leader du mouvement indépendantiste écossais, le premier ministre démissionnaire Alex Salmond, a accusé les politiciens britanniques de revenir sur leurs promesses de donner plus de pouvoir aux Écossais dans le cadre d'un rare pacte multipartite qui, selon lui, a joué un rôle crucial dans le rejet de l'indépendance lors du référendum de jeudi.

M. Salmond a fait ces commentaires après que le premier ministre britannique, David Cameron, eut insisté pour que le projet de transfert de pouvoirs aux Écossais soit lié à des réformes constitutionnelles au Royaume-Uni, une position qui a mis en péril le fragile consensus politique et suscité des attaques de tous les côtés.

Quelques jours plus tôt, M. Cameron et ses rivaux politiques s'étaient unis pour adopter rapidement des lois visant à transférer certains pouvoirs à Édimbourg, la capitale écossaise. Les trois partis ont signé l'engagement, qui promettait aux Écossais de nouveaux pouvoirs en matière de taxation, de budget et de politiques sociales.

Depuis, M. Cameron a déclaré que ces changements devaient se faire «en tandem» avec des réformes à la Chambre des communes pour empêcher les Écossais d'avoir leur mot à dire sur les projets de loi qui ne concernent que l'Angleterre et le pays de Galles, un grief de longue date qui est récemment revenu sur le devant de la scène.

Il a aussi déclaré qu'il ne serait pas juste d'accorder des pouvoirs supplémentaires aux Écossais sans envisager des changements similaires dans le reste du Royaume-Uni — l'Angleterre, le pays de Galles et l'Irlande du Nord.

«Des millions de personnes dans le reste du Royaume-Uni ont entendu ces débats, observé la campagne et se demandent à juste titre: Qu'est-ce qui changera pour nous? Pourquoi ne pourrions-nous pas avoir les mêmes pouvoirs et les mêmes droits que ceux des Écossais?», a écrit M. Cameron dans le «Mail on Sunday».

Les détracteurs soulignent que le fait de mettre toutes ces questions dans le même panier dilue la promesse commune des trois chefs de parti, et retardera inévitablement l'échéancier du transfert de pouvoirs à l'Écosse.

«Les gens qui ont voté Non parce qu'ils croyaient à ces engagements des leaders de Westminster — ce sont ces gens qui sont les plus en colère, les plus blessés et les plus déçus en Écosse aujourd'hui», a déclaré M. Salmond à la BBC. Le premier ministre a annoncé, au lendemain de l'échec de sa campagne référendaire, qu'il quitterait son poste en novembre.

Les trois partis britanniques assurent qu'ils respecteront leur promesse, même s'ils divergent clairement concernant la question des réformes constitutionnelles.

Le vice-premier ministre Nick Clegg, qui dirige le deuxième parti de la coalition au pouvoir, les Démocrates libéraux, a déclaré que la promesse faite aux Écossais ne pouvait être conditionnelle à d'autres réformes constitutionnelles. Dans le même sens, le chef de l'opposition travailliste, Ed Miliband, a affirmé qu'il ne pouvait y avoir «de peut-être et de mais» dans le transfert promis de pouvoirs aux Écossais.