NOUVELLES

Nouvelle-Zélande: le premier ministre sortant, John Key, remporte une grande victoire

20/09/2014 12:14 EDT | Actualisé 20/11/2014 05:12 EST
MARTY MELVILLE via Getty Images
New Zealand Prime Minister John Key celebrates after winning the general election at the 2014 New Zealand National Party election event at Viaduct Event Center in Auckland on September 20, 2014. New Zealand's Prime Minister John Key said he was 'ecstatic' on September 20 after a crushing election win, securing his third term as leader of the South Pacific nation. AFP PHOTO / MARTY MELVILLE (Photo credit should read Marty Melville/AFP/Getty Images)

WELLINGTON, Nouvelle-Zélande - Le premier ministre John Key a remporté une importante victoire, samedi, lors des éléctions générales de la Nouvelle-Zélande, obtenant un troisième mandat, ainsi que ce qui sera perçu comme un plébiscite de la façon dont son Parti national a géré l'économie.

M. Key a salué les efforts de son vice-premier ministre, Bill English, décrit comme «le meilleur ministre des Finances du monde industrialisé».

Alors qu'il ne restait plus que quelques votes spéciaux à compter, le parti de M. Key a conclu la soirée électorale avec 48 pour cent des voix. Il s'agit cependant d'un résultat catastrophique pour le principal rival du Parti national, le Parti travailliste, qui n'a obtenu que 25 pour cent des votes.

Pour le chef travailliste David Cunliffe, il est rare, «pour tout gouvernement», de perdre ses élections en profitant d'une relance économique et d'un taux de croissance d'environ 4 pour cent, «même si des problèmes à long terme ne sont pas encore réglés». M. Cunliffe n'a pas pipé mot de son avenir politique, mais plusieurs s'attendent à ce qu'il démissionne de son poste de chef dans les prochains mois.

Les résultats électoraux démontrent un passage vers les partis conservateurs, alors que les travaillistes et les verts perdent du terrain. En vertu du système électoral proportionnel en vigueur au pays, les partis doivent habituellement former des coalitions pour gouverner pendant les mandats de trois ans. Si les nouveaux résultats tiennent bon, cependant, le Parti national pourrait gouverner seul, chose qui n'est pas arrivée depuis l'introduction de la proportionnelle en 1996.

Dans son discours de victoire, M. Key a malgré tout annoncé son intention de former un gouvernement avec d'autres petits partis, afin d'obtenir une majorité plus confortable. Il y a trois ans, sa formation avait obtenu 47 pour cent des voix. Au dire des partisans, le parti a bien géré l'économie, avec un taux de croissance de 4 pour cent, et un chômage en baisse à 5,6 pour cent. Le gouvernement prévoit dégager des surplus budgétaires cette année, après des années à l'encre rouge.

M. Cunliffe s'était engagé à construire des dizaines de milliers de maisons abordables pour les premiers acheteurs afin de tenter de contrer un marché immobilier haussier, en plus de hausser le salaire minimum.

La campagne a été marquée par un scandale après que le journaliste d'enquête et militant libéral Nicky Hager eut publié «Dirty Politics», un livre dévoilant l'importance des liens entre le Parti natioanl et un blogueur conservateur. La ministre de la Justice Judith Collins a démissionné après que M. Key eut indiqué qu'elle avait joint ses forces à celles du blogueur pour tenter de saper l'autorité du directeur du Bureau des fraudes graves, supervisé par la ministre.

Quant à l'Internet Mana Party, financé par le magnat du web Kim Dotcom, n'a pas réussi à faire élire un député, et ce malgré les 2,44 millions $ US engloutis dans l'aventure par Dotcom lui-même.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Les résultats des personnalités aux élections européennes 2014