POLITIQUE

Nouveau-Brunswick: deux jours avant le vote, les conservateurs se disent satisfaits

20/09/2014 03:39 EDT | Actualisé 20/09/2014 03:39 EDT
CP

Le premier ministre progressiste-conservateur sortant du Nouveau-Brunswick dit avoir une opinion positive de la campagne menée par ses troupes, alors qu'approche l'échéance électorale de lundi.

David Alward a visité des marchés agricoles de la région de Moncton, samedi matin, serrant des mains et offrant de discuter des enjeux électoraux.

M. Alward affirme avoir mené une campagne positive.

Les progressistes-conservateurs présentent une plateforme visant à exploiter les ressources naturelles, comme la foresterie et les gaz de schiste, pour créer des emplois et générer des revenus grandement nécessaires.

Les autres partis s'en sont pris à ces stratégies, soutenant que des informations insuffisantes avaient été présentées sur la question forestière, et que des études supplémentaires étaient nécessaires avant d'aller de l'avant avec l'exploitation du gaz de schiste.

Malgré tout, M. Alward dit croire que son message trouve un écho auprès des électeurs, alors qu'il voyage à travers la province.

Son autocar de campagne a parcouru plus de 10 000 kilomètres depuis le déclenchement des élections.

Au moment de la dissolution de la Chambre, les conservateurs comptaient 41 députés, contre 13 libéraux et un indépendant.

Ce nouveau scrutin se dispute sur une carte électorale révisée, qui a fait disparaître six sièges, pour n'en conserver que 49.

Quant aux verts, leur chef David Coon a promis samedi à Fredericton que son parti améliorerait l'accès à l'avortement s'il était porté au pouvoir lundi.

L'avortement est devenu une question délicate et controversée depuis la fermeture de la clinique Morgentaler de Fredericton, la seule clinique privée de la province pratiquant des interruptions de grossesse, en juillet

Selon M. Coon, il est inconcevable qu'une personne doive sortir de la province pour obtenir un avortement.

Le règlement 84-20 force la tenue des avortements dans certains hôpitaux spécifiques, et seulement après que deux médecins eurent certifié que la procédure était essentielle sur le plan médical.

Le chef libéral Brian Gallant s'est engagé à lever toutes les restrictions concernant l'avortement dans la province, tandis que le NPD veut en finir avec le règlement. Les conservateurs, eux, ne veulent pas intervenir dans le dossier.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa?