DIVERTISSEMENT

Mommy - Anne Dorval : «Xavier Dolan m'a donné mon plus beau rôle» (PHOTOS/VIDÉO)

20/09/2014 12:23 EDT | Actualisé 20/09/2014 12:23 EDT

Bien sûr, on se souvient d’Anne Dorval dans J’ai tué ma mère, le premier film de Xavier Dolan. Elle incarnait déjà ce rôle inspirant d’une mère monoparentale qui tente d’organiser sa vie autour d’un adolescent en quête de liberté.

Pour Mommy, en salles depuis vendredi, la maman est toujours là, mais le registre est cette fois aux antipodes. À l’égoïsme de la première, succède la louve protectrice jusqu’au bout des ongles, celle qui ne lâchera pas son fils, malgré la violence, la douleur et ce monde tout autour qui lui crie d’abandonner.

À lire aussi:

«Je voulais la défendre à l’écran, explique en entrevue Anne Dorval. J’admire son courage. C’est un personnage contrasté. Tout ce que je pense d’elle, je l’ai joué. Elle est à mille lieues de ce que je suis, mais je l’aime. C’est un rôle de femme forte qui ne s’apitoie jamais sur son sort, qui ne fait jamais pitié, malgré toutes les tuiles que le destin lui envoie».

La comédienne prend à bras le corps Diane, personnage de veuve un peu dégrossie, presque vulgaire que ses proches surnomment D.I.E. Elle doit composer au quotidien avec la violence compulsive de son garçon Steve. Et l’ado lui en fait voir de toutes les couleurs passant sans jamais prévenir de l’ange blondinet au monstre déséquilibré, éructant sa colère à la moindre occasion.

«Si cela n’avait pas été le genre de personnage que je pouvais jouer, je ne l’aurais pas fait, dit-elle. Xavier sait que j’adore interpréter des rôles de composition. Diane était faite pour moi. Quand il me l’a offert, j’ai accepté sans hésiter».

La parole aux femmes

La carrière de l’actrice est jalonnée de beaux personnages au théâtre comme à la télévision. Elle sourit pourtant lorsqu’on lui demande si le personnage de Diane en est le plus marquant. «J’avoue que celui-là fait partie de mes plus belles expériences. Oui, je peux le dire maintenant, Xavier Dolan m’a donné mon plus beau rôle».

La confession est assumée puisque Dolan représente pour elle plus qu’un jeune réalisateur. «Il est mon ami et je le considère comme un membre de ma famille. Notre relation n’est pas basée par la dette. On a du plaisir à être ensemble. On rit aussi beaucoup et le rire est essentiel dans ma vie».

Selon elle, Xavier Dolan écrit d’abord pour les femmes, chose rare au cinéma où l’homme accapare trop souvent l’objectif. «Des propositions aussi puissantes comme celle de Diane sont très rares, surtout pour les actrices plus âgées que l’on entasse dans de la figuration ou des petits rôles de soutien. Il existe une pression dans l’industrie du cinéma qui force les distributeurs à proposer au public ce qui est vendable, représenté par la fraîcheur, la jeunesse ou la nouveauté, bref, tout le contraire de mon personnage».

Anne Dorval n’hésite d’ailleurs pas à comparer le réalisateur au dramaturge Michel Tremblay qui avait révolutionné en son temps le théâtre en écrivant ses pièces pour les femmes, celles qui ont accompagné sa vie. «C’est encore trop tôt pour parler de révolution. Toutefois, à moins qu’il devienne complètement sénile, je ne pense pas que je lui refuserais grand-chose. Avec Dolan, je dis oui tout de suite!»

Mommy – Les Films Séville – Drame psychologique – 138 minutes – Avec Anne Dorval, Antoine Olivier Pilon, Suzanne Clément, Patrick Huard et Alexandre Goyette – Sortie en salles le 19 septembre 2014 – Canada, Québec.

MOMMY de Xavier Dolan

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter