NOUVELLES

Cinq équipes ont levé les yeux sur Derek Jeter avant les Yankees

20/09/2014 07:04 EDT | Actualisé 20/11/2014 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Le jeune athlète de 17 ans originaire de Kalamazoo attirait tous les regards.

Il était un «jeune poulain» avec un «corps parfait pour jouer à l'arrêt-court» qui planifiait d'étudier en médecine à l'Université du Michigan.

«Ce gars-là est spécial», avait même écrit un recruteur professionnel à l'époque.

Quelqu'un aurait-il pu deviner que le Derek Jeter de l'école secondaire deviendrait un futur membre du Temple de la renommée?

Maintenant âgé de 40 ans, Jeter est prêt à tirer sa révérence à la fin de la saison. Jeter a passé 20 ans à l'arrêt-court dans l'uniforme des Yankees et compte cinq titres de la Série mondiale et un sixième rang au chapitre du nombre de coups sûrs dans l'histoire à son actif.

Lors du repêchage amateur de 1992, cinq équipes ont levé les yeux sur Jeter avant que les Yankees ne le sélectionnent au sixième échelon.

Un an plus tôt, le recruteur du club new-yorkais, Dick Grouch, avait remarqué Jeter après son année junior.

«C'est arrivé vraiment par hasard, s'est rappelé Grouch la semaine dernière. Je m'en allais à un tournoi et je savais qu'il y avait un camp de jeunes talents à l'école secondaire Mount Morris, donc j'ai arrêté seulement pour jeter un coup d'oeil.»

«Habituellement, lors de ses camps d'évaluation, il y a de très jeunes joueurs. On ne s'attend pas à voir un joueur avec un potentiel professionnel.»

Cette fois-là, il y avait effectivement quelqu'un qui valait la peine d'être vu.

«Après cinq ou dix minutes, il captait des roulants et il a réellement attiré mon attention. Je l'ai donc suivi le reste de l'été et l'année suivante», a dit Grouch.

Avec la courte saison à l'école secondaire, Jeter ne jouait pas souvent au cours de l'année scolaire. Grouch l'a donc épié avec les Maroons de Kalamazoo lors de la saison estivale.

Le jour précédent le repêchage, les dirigeants des Yankees se sont rencontrés pour une dernière, mais difficile, rencontre interne.

«M. Steinbrenner n'était pas très chaud à l'idée de sélectionner des joueurs de niveau secondaire, simplement parce qu'ils étaient encore trop loin des majeures. Nous devions donc le convaincre», s'est souvenu le directeur du recrutement de l'époque, Bill Livesey.

«Il m'a demandé combien de temps ça prendrait avant qu'il atteigne les majeures, a-t-il ajouté. Je lui ai dit que ça prendrait quatre ans. Lorsque nous lui avons dit que ce ne serait pas un projet de six ans, qu'il serait prêt plus tôt que ça, il nous a donné le feu vert.»

Le jour J venu, les Astros de Houston, les Indians de Cleveland, les Expos de Montréal, les Orioles de Baltimore et les Reds de Cincinnati ont jeté leur dévolu sur d'autre joueurs.

Les Expos ont alors sélectionné le gaucher B.J. Wallace, qui a participé aux Olympiques de 1992, mais qui n'a jamais réussi à atteindre un niveau supérieur au AA.

«Lorsqu'on me demande à quel point nous portions attention à Derek Jeter, la réponse est: pas assez», a commenté Dan Duquette, le directeur général des Expos à l'époque.

Les Yankees ont alors pu mettre leur plan à exécution.

«Il avait cette attitude. Il avait confiance en ses moyens», a déclaré le directeur général des Giants de San Francisco Brian Sabean, qui occupait les fonctions de vice-président du développement des joueurs chez les Yankees.

«Quelques joueurs sont arrogants et vantards, mais il était tellement confiant que ça se traduisait dans sa manière de jouer. Vous ne voyez pas cela souvent d'un joueur de niveau secondaire.»

Jeter a paraphé un contrat avec un bonus de signature de 700 000$ — il allait empocher 266 millions $ avec les Yankees —, a atteint les majeures pour la première fois en 1995 et a rapidement fait sa marque dans l'histoire.

PLUS:pc