NOUVELLES

Le naufrage de Malte pourrait être un massacre, prévient l'ONU

19/09/2014 09:33 EDT | Actualisé 19/11/2014 05:12 EST

GENÈVE - La mort de quelque 500 migrants et réfugiés dans la mer Méditérranée, la semaine dernière, constitue possiblement un massacre, a prévenu vendredi le responsable onusien des droits de la personne.

Le nouveau Haut-commissaire des Nations unies pour les droits de la personne, Zeid Raad al-Hussein Zeid, a demandé aux pays concernés de faire enquête pour déterminer dans quelles circonstances le navire qui transportait les victimes a fait naufrage au large des côtes de l'île de Malte.

Quelque 500 Syriens, Palestiniens, Égyptiens et Soudanais se trouvaient à bord du navire qui avait quitté le port égyptien de Damiette, et qui aurait été intentionnellement coulé par les passeurs.

«Ce geste délibéré de couler un navire rempli de centaines de gens sans défense ne doit pas rester impuni, a dit M. Zeid par voie de communiqué. Si les récits des survivants sont vrais — et ils semblent tous crédibles — alors nous sommes confrontés à un massacre dans la Méditérranée.»

Des survivants interrogés par l'Organisation internationale pour les migrations (IOM) racontent qu'une centaine d'enfants âgés d'une dizaine d'années se trouvaient à bord. Plusieurs centaines de personnes s'entassaient dans la cale, pendant qu'environ 200 autres se trouvaient sur le pont, à la merci des éléments.

L'IOM révèle que les passeurs ont demandé 4000 $ US par personne, avant de contraindre les passagers à changer de navire en pleine mer à plusieurs reprises.

«Tous les pays demanderaient à leur police et à leur système judiciaire de faire enquête si les victimes étaient leurs propres citoyens ou si elles avaient été tuées par des criminels sur leur territoire, a dit M. Zeid. La réaction ne devrait pas être moins rigoureuse parce que les victimes sont des étrangers et que le crime s'est produit en mer.»

Tous les survivants ont dit à l'IOM que les passeurs étaient Égyptiens ou Palestiniens.

M. Zeid a demandé aux autorités grecques, maltaises et italiennes de partager ce qu'elles savent au sujet des passeurs avec l'Égypte, qu'il souhaite voir faire enquête.

PLUS:pc