POLITIQUE

Harper s'en prend à Trudeau et promet que le registre des armes ne reviendra pas

18/09/2014 10:11 EDT | Actualisé 19/11/2014 05:12 EST
CP

HAMILTON - Le premier ministre Stephen Harper s'en est pris au chef libéral Justin Trudeau, dans un discours devant des militants conservateurs de l'Ontario.

De passage à Hamilton jeudi soir, M. Harper a rappelé plusieurs déclarations de M. Trudeau, sur des sujets allant du terrorisme à la Chine.

Il a noté que ni les libéraux ni les néo-démocrates n'avaient appuyé les lois et autres réformes de son gouvernement.

Il a accusé les partis de l'opposition de croire que les criminels sont des victimes de la société.

M. Harper faisait alors référence à la réaction de M. Trudeau qui, après l'attaque à la bombe au marathon de Boston, a affirmé que le gouvernement devait s'attaquer aux causes du terrorisme local.

Le premier ministre a également rappelé qu'alors que l'opposition s'attaque aux politiques étrangères de son gouvernement, M. Trudeau a déjà dit admirer la Chine.

Interrogé l'an dernier à savoir quel pays il admirait le plus, le chef libéral avait répondu la Chine, parce que la dictature pouvait lui permettre de transformer radicalement l'économie, avait-il mentionné. Il avait été fortement critiqué pour cette affirmation.

M. Harper a également pris la défense des propriétaires d'armes à feu, faisant vraisemblablement référence à une récente interdiction par la GRC d'une arme autrefois légale, le fusil Swiss Arms, modèle Classic Green.

Dans son discours, il a qualifié d'«inacceptable» que les propriétaires de ces armes soient sujets aux mesures «arbitraires» de bureaucrates.

«Nous avons assuré les propriétaires de ces fusils qu'ils ne seraient pas poursuivis en justice», a indiqué M. Harper.

«Nous allons prendre toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que les bureaucrates ne puissent pas ramener le registre des armes d'épaule par la porte arrière!»

En juillet, le gouvernement avait dit réviser la décision de la GRC et explorer un certain nombre d'alternatives.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper