NOUVELLES

NFL: Michael Vick soutient pleinement le commissaire Roger Goodell

18/09/2014 06:39 EDT | Actualisé 18/11/2014 05:12 EST

FLORHAM PARK, États-Unis - Michael Vick soutient pleinement celui qui lui a donné une deuxième chance dans la NFL.

Le quart des Jets défend le commissaire Roger Goodell, au moment où la ligue et ses clubs font l'objet de vives critiques depuis deux semaines, en lien à la gestion de dossiers de violence conjugale ou à la maison.

«Je pense qu'il fait de l'excellent travail, a dit Vick après l'entraînement de jeudi. Il y a des dossiers plus délicats que d'autres, et vous n'allez pas tous les gérer parfaitement à la première occasion.»

La NFL connaît possiblement sa période la plus trouble depuis la diffusion, la semaine dernière, de Ray Rice assommant d'un violent coup de poing celle qui était sa fiancée, dans un ascenseur. Les Ravens l'ont libéré, puis la NFL l'a suspendu pour un temps indéterminé.

Adrian Peterson a été mis en accusation d'avoir maltraité un enfant, et il ne fait plus partie des joueurs actifs des Vikings.

Les Panthers ont aussi décrété inactif Greg Hardy, le temps que son dossier de violence conjugale soit réglé. Il a été condamné pour assaut envers une femme en juillet, mais il est en processus d'appel.

Mercredi, Jonathan Dwyer des Cards a été arrêté, accusé de voies de fait graves et placé parmi les inactifs, après que la police ait dit qu'il a donné un coup de tête à sa femme, lui brisant le nez car elle n'a pas voulu de ses avances sexuelles. Il lui aurait aussi donné un coup de poing au visage le lendemain.

«Il y a beaucoup de choses qui se passent et je pense qu'en temps et lieu, il y aura une résolution pour chacune d'elles, a dit Vick. Mais c'est un peu dur en ce moment. Espérons que ça reviendra à la normale d'ici quelques mois.»

La pression vient notamment des partisans, des législateurs et des commanditaires, qui se demandent si la NFL a agi assez rapidement pour enquêter et ou discipliner les joueurs.

«Personne n'est parfait, a dit Vick. Personne ne peut prendre immédiatement les bonnes décisions lorsque confronté à toutes formes d'adversité.»

Vick a parlé directement avec Goodell au moment de sa suspension en 2007, et aussi au moment de réintégrer la ligue après avoir passé près de deux ans en prison, pour son rôle dans l'organisation de combats de chiens.

«Il faut lui donner une chance, a dit Vick au sujet de Goodell. Il faut donner la chance à tout le monde de prendre les bonnes décisions.»

PLUS:pc