NOUVELLES

L'Ukraine reçoit une aide de 46 M $ des États-Unis, mais pas d'armes

18/09/2014 05:16 EDT | Actualisé 18/11/2014 05:12 EST

WASHINGTON - Les États-Unis verseront une aide supplémentaire de 46 millions $ US à l'Ukraine pour l'aider à préserver sa sécurité, mais ils n'offriront pas d'aide létale comme l'a réclamé le président Petro Porochenko, qui était en visite jeudi à Washington.

Lors d'une séance conjointe de la Chambre des représentants et du Sénat américain, M. Porochenko a remercié ses hôtes pour l'aide financière, tout en ajoutant que cela n'était pas suffisant pour repousser ses adversaires russes.

Lors de son allocution de 40 minutes devant le Congrès, le président ukrainien a demandé aux Américains de leur fournir des armes pour gagner la guerre contre les troupes prorusses.

Les États-Unis enverront des radars anti-mortiers, qui permettront à l'armée ukrainienne de détecter les tirs d'artillerie. Des véhicules et des bateaux de patrouille, des gilets pare-balles et de la machinerie lourde seront aussi offerts en renfort à l'Ukraine.

Peu après son discours devant le Congrès, M. Porochenko a rencontré le président Barack Obama à la Maison-Blanche. M. Obama a refusé de fournir des armes à l'Ukraine, comme le réclamait M. Porochenko. Plusieurs membres du Congrès sont pourtant en faveur de cette solution.

Le comité des affaires étrangères du Sénat votera prochainement pour augmenter l'appui militaire et non militaire à l'Ukraine. Cette loi aura aussi pour effet d'imposer de nouvelles sanctions à la Russie.

Selon le président du comité, le sénateur démocrate Robert Menendez, l'Ukraine a besoin de l'appui ferme des États-Unis devant la menace russe.

Le projet de loi précise que les États-Unis verseront 350 millions $ en aide militaire pour l'année 2015.

Depuis des mois, les forces gouvernementales ukrainiennes et les rebelles prorusses se livrent à une guerre sans merci pour contrôler certaines villes de l'est du pays. Les pays occidentaux ont imposé plusieurs sanctions à la Russie pour son implication dans le conflit.

Le cessez-le-feu adopté le 5 septembre ne semble pas avoir calmé les esprits, puisque plusieurs attaques ont eu lieu depuis. Mercredi, 12 civils ont été tués dans l'est du pays.

PLUS:pc