NOUVELLES

La situation demeure tendue à Los Cabos après le passage d'Odile

18/09/2014 09:16 EDT | Actualisé 18/11/2014 05:12 EST

SAN JOSE DEL CABO, - La situation demeure tendue à Los Cabos, sur la péninsule mexicaine de la Basse-Californie, où des milliers de sinistrès sont toujours privés d'eau, de nourriture, d'électricité et de service téléphonique quatre jours après le passage de l'ouragan Odile.

Les policiers ont reçu ordre d'interpeler et d'interroger tous ceux qui se trouvent dans les rues après la tombée du jour, mais les autorités ont refusé de comparer cela à un couvre-feu.

Au moins sept personnes, dont deux armées, ont déjà été arrêtées et sont soupçonnées de pillage. Plusieurs commerces, des dépanneurs aux magasins à grande surface, ont été pillés.

Une Canadienne de 23 ans qui habite Los Cabos, Madelynn Pase, a raconté à l'Associated Press que les supermarchés sont vides. Elle ajoute que des rôdeurs ont commencé à circuler la nuit, possiblement dans l'intention de cambrioler des maisons ou des condos. Mme Pase dit coucher sur le sol depuis deux jours, pour donner l'impression que sa maison est abandonnée et qu'elle ne contient donc pas de nourriture.

Les résidants de Cabo San Lucas ont allumé de gigantesques feux de camp pour tenter de protéger leurs quartiers. Des échanges de tirs auraient été entendus pendant la nuit.

Le gouvernement mexicain indique que 239 000 personnes ont été privées d'électricité par le passage d'Odile, mais que 95 pour cent d'entre elles devraient avoir été rebranchées d'ici quelques jours.

À Los Cabos, des supermarchés éventrés par la tempête ont été pris d'assaut par des sinistrés à la recherche de nourriture, d'eau, de boissons gazeuses ou de papier hygiénique. D'autres pillards ont été vus emportant des électroménagers, des matelas ou des meubles.

De longues files se sont formées devant les restaurants de tortillas ou les commerces qui vendent de la glace. Les clients des stations d'essence ne pouvaient acheter qu'environ 11 $ US, soit 12 litres, de carburant chacun. À l'hôtel Best Western de Los Cabos, des visiteurs remplissaient des chaudières avec l'eau de la piscine pour pouvoir vider leurs toilettes.

Au moins 2500 poteaux électriques ont été arrachés. Le toit d'un concessionnaire automobile s'est effondré sur une une demie-douzaine de voitures, éparpillant des débris partout à l'intérieur. Un magasin Walmart ne contenait plus que des flaques d'eau, des détritus, des étagères vides et un graffiti sur le mur: «Longue vie au crime!»

Des sinistrés attendaient patiemment pour remplir des contenants de 10 litres à une station de pompage d'eau. D'autres se sont rendus au sommet d'une petite colline où on obtenait apparemment un certain service cellulaire.

Des responsables mexicains ont indiqué que la ville de Bahia de Los Angeles a été coupée du monde après que la tempête ait endommagé la seule autoroute qui s'y rend.

À La Paz, la capitale de la Basse-Californie, la mairesse Esthela Ponce fait état de 10 000 résidences endommagées. Seulement 30 pour cent des abonnés avaient été réalimentés en eau et en électricité.

Environ 5000 touristes avaient été évacués en fin d'après-midi mercredi, soit une petite portion des quelque 30 000 visiteurs qui ont été coincés par la tempête. Les avions gouvernementaux étaient aussi utilisés pour ravitailler la région. Quelque 8000 autres personnes devaient être évacuées jeudi.

Les autorités gardent maintenant un oeil sur deux autres tempêtes. Dans le Pacifique, Polo générait mercredi des vents soutenus de 120 kilomètres/heure et pourrait effleurer Los Cabos dimanche matin. Dans le centre de l'Atlantique, l'ouragan Édouard pourrait provoquer des conditions côtières dangereuses le long de la côte Est des États-Unis et au Canada.

PLUS:pc